Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
    Préc Suiv

    Cites-Bois de rose : aucun progrès dans l’assainissement de la filière

    Cites-Bois de rose : aucun progrès dans l’assainissement de la filière

    Le comité permanent de la Convention sur le commerce international d’espèces menacées (Cites) a identifié plusieurs domaines où aucun progrès n’a été enregistré concernant l’assainissement de la filière bois de rose dans le pays.

    La session du comité technique de la Cites portant sur l’exploitation continue des bois précieux coupés illicitement à Madagascar et le manque de progrès du pays sur cette question ont été au centre des discussions entre les participants, le 14 janvier dernier. Avant cette réunion, le secrétariat de la Cites et le gouvernement ont soumis des rapports au Comité sur les progrès enregistrés dans la mise en œuvre d’un plan d’action pour les bois précieux de Madagascar. Le rapport a identifié plusieurs domaines où aucun progrès n’a été enregistré ainsi que plusieurs cas d’expéditions illicites de bois de rose, qui se sont poursuivies malgré l’engagement du gouvernement en 2013 de prévenir la coupe, le transport et le commerce des bois précieux.

    Madagascar avait consulté le Comité pour demander l’approbation d’un plan pour le commerce des stocks de rondins actuels. La Commission a refusé cette demande, et a critiqué le gouvernement qui  concentrait trop ses efforts sur le rapatriement des stocks de bois de rose illégaux saisis à l’étranger, et qui ne faisait pas suffisamment de progrès pour appliquer la loi et pour contrôler les activités illégales sur le terrain.

    Embargo sur le commerce d’ici septembre

    Face à cette situation, le Comité a décidé de maintenir l’embargo sur le commerce de bois précieux. Il demande à ce que le gouvernement fasse montre de progrès significatifs pour faire un  inventaire des stocks actuels de bois de rose et pour arrêter l’exportation illégale des rondins d’ici septembre, pour ne pas  subir d’autres sanctions.

    « Nous appuyons pleinement la décision du comité permanent de maintenir le présent embargo sur le commerce de bois précieux », a déclaré Nanie Ratsifandrihamanana, directeur Pays de WWF Madagascar. « Bien qu’il soit ressorti clairement que l’embargo était défaillant, nous espérons que cette décision va contraindre le gouvernement à prendre les mesures nécessaires pour mettre fin à ce commerce illégal et nous le conjurons de le faire », a-t-elle poursuivi.

    Rappelons qu’en 2013, lors de la 16è conférence des Parties de la Cites, Madagascar s’est engagé à mettre en œuvre un plan d’action pour arrêter le commerce illégal de bois de rose, de palissandre et d’ébène. Le plan a également convenu qu’aucune exportation ne devrait avoir lieu jusqu’à ce que la mise en œuvre du plan d’action soit achevée. Mais trois ans plus tard, les avancées vers la réalisation du plan d’action ont été limitées. Face à cette mise en garde, la Cites retranchera sur le sort de Madagascar durant sa 17è conférence des Parties en septembre prochain.

    Noro Niaina

    Les commentaires sont fermées.