Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
    Préc Suiv

    Madagascar il y a 100 ans : les poissons sacrés d’Ambondrona (1)

    À la séance que l’Académie malgache a tenue le 26 novembre, lecture a été donnée d’une note vraiment intéressante de M. Toussaint, contenant les observations qu’il a recueillies sur les poissons sacrés observés au cours de ses recherches scientifiques à Ambondrona.

    Dans un petit bassin, très champêtre, de formation naturelle, caché pittoresquement sous les roseaux, et rempli d’une eau fraîche, transparente comme du cristal, vivent à l’abri de toute émotion de gros marakely qui sont l’objet des soins jaloux d’un vieux Sihanaka, dont la sainteté inspire à la fois la crainte et le respect de toute la région.

    Un fait est à noter.

    Lorsque des visiteurs, même des Blancs, s’approchent de leur humide monastère, ils se groupent près du bord, entre deux eaux, et regardent les nouveaux venus de leurs gros yeux saillants. On croirait vraiment, la transparence de l’eau aidant, qu’il n’y a qu’à étendre la main pour s’en emparer, et qu’ils se laisseront faire bénévolement.

    Mais il y a loin de la coupe aux lèvres ; non seulement les marakely ne se laissent pas faire, mais l’audacieux serait puni de son crime de lèse-divinité.

    Voici ce que dit M. Toussaint à ce sujet :

    « Venant avec une docilité stupéfiante à la voix du prêtre qui, sur un ton chantant, convie « ceux du Nord, ceux du Sud, et aussi ceux de l’Est et de l’Ouest » à se présenter devant le chef vazaha, la foule des poissons se dispute les bestioles que l’on jette dans l’eau, telles les carpes familières de Fontainebleau. »

    1. Toussaint assure qu’un « fady » vigoureux garantit les marakely d’Ambondrona contre la gourmandise des indigènes ; aucun Sihanaka n’oserait toucher à l’un d’eux, encore moins le manger, d’ailleurs, ce serait un sacrilège que de mettre même un pied dans leur bassin.

    Malheureusement pour les savants, il a été impossible d’obtenir la moindre précision sur l’origine de ce culte bizarre, non plus que sur les manifestations étranges auxquelles il donne lieu ; on se heurte à une défiance craintive des indigènes.

    (À suivre.)

    Le Courrier colonial

    www.bibliothequemalgache.com

    Les commentaires sont fermées.