Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
    Préc Suiv

    CSA  : concilier environnement et agriculture

    Les impacts négatifs du changement climatique à savoir la virulence des cyclones, l’inondation et la sécheresse, menacent les moyens d’existence des producteurs et de la population vulnérable ainsi que sa sécurité alimentaire. Adopter une technique d’« Agriculture intelligente face au changement climatique » (CSA), dont l’agriculture de conservation (CA) permet, entre autres, d’améliorer la fertilité du sol de manière durable et d’augmenter la production agricole.

    L’ONG Ilofosana et la FAO ont récemment aménagé un site de référence et de démonstration sur les techniques de CSA/CA à Antanetimboahangy Analavory, dans le Centre régional de formation professionnelle agricole (CRFPA). Ce, dans l’objectif d’augmenter la production agricole tout en protégant le bassin versant du lac Itasy. Mais il s’agit surtout d’appuyer les paysans dans l’application de la CSA/ CA afin d’augmenter leur moyen de subsistance et le changement d’échelle dans la diffusion des techniques agroécologiques à Madagascar jugées appropriées pour une agriculture durable. Le Comesa (Marché commun de l’Afrique orientale et australe) finance le projet.

    Des paysans pilotes et pépiniéristes (maîtres exploitants) de la région ont bénéficié de formation dans le centre. En pratique, il faut deux à trois ans pour maîtriser parfaitement les techniques. Ces techniques nécessitent une dépense conséquente pour la première année, mais elle diminue au fur et à mesure que l’exploitation continue. Des plantes pour la régénération de la fertilité du sol, la gestion de la biomasse, renforcement des capacités concernant le compostage, des formations sur l’apiculture et la pisciculture… ont été octroyés aux paysans pilotes.

    L’Itasy comme le Moyen-ouest est une zone potentielle pour l’extension agricole. Cette zone ressemble actuellement à une zone vide. A travers ce projet, le résultat attendu de ces deux localités est d’augmenter les surfaces à exploiter, et de convaincre plus de paysans à adopter les différentes techniques agroécologiques qui consistent à concilier environnement et agriculture.

    Arh.

    Les commentaires sont fermées.