Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
    Préc Suiv

    Stage de solo dance  : deux experts réunionnais et sud-africain dans nos murs

    Stage de solo dance  : deux experts réunionnais et sud-africain dans nos murs

    Vanessa Cazal, la dame de fer de solo dance de La Réunion, et Mark Dooley, le multiple champion d’Afrique du Sud en danse sportive et non moins père créateur de solo dance, sont dans nos murs. L’objet de leur déplacement dans la Grande île : un stage d’initiation en solo dance, suivi d’une mini-compétition d’évaluation. Ce, grâce à l’initiative du Conseil Indépendant de Danses (CID).

    Le stage en question se déroulera au Studio 101 à Andraharo à partir de ce jour jusqu’au samedi 30 janvier, le studio étant un coorganisateur de cette manifestation. Il s’adresse à un très large public, enfants, adultes, débutants ou danseurs expérimentés, danseurs jazz, contemporains, pratiquants de hip hop ou de danse sportive. «L’idée est de lancer la danse à Madagascar», confirme la danseuse réunionnaise.

    Trois types de danse seront ainsi développés durant ce stage, à savoir les «Latines» qui regroupent la samba, la salsa, le chacha-cha, le paso doble, la rumba et le rock, les «Energy» qui comprennent la house dance, le bollywood, le hip hop et le slow style, et les «Solo classics» composés de la danse contemporaine, du jazz, du ballet et de danses espagnoles. Les participants peuvent ainsi s’inscrire pour le style qui lui convient, néanmoins, le danseur sud-africain aurait aimé que les danseurs soient polyvalents et aient la parfaite maîtrise de chaque danse.

    «Le solo danse peut être pratiqué en tant qu’activité sportive, tout comme il peut servir de base solide pour les danses de couple, surtout dans le contexte où le nombre de cavaliers et cavalières présente souvent un décalage important», explique Mark Dooley. Ce nouveau style de danse serait alors conseillé aux jeunes qui ambitionnent de devenir plus tard des danseurs de haut niveau.

    «Nous avons accepté de venir à Madagascar, pour initier ce nouveau style de danse parce qu’il y a quatre ans, des danseurs malgaches sont venus à La Réunion pour participer à la compétition de solo dance», explique Vanessa Cazal, avant de poursuivre que «le festival Vita Danse que nous organisons à La Réunion est un haut lieu de rencontre des danseurs de la zone de l’océan Indien. Malheureusement, Madagascar n’est pas encore représenté à cet événement». Ainsi, les deux lauréats de la compétition organisée à l’issue du stage vont participer au festival de solo dance à Possession, La Réunion, cette année.

    Vonjy M.

    Les commentaires sont fermées.