Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
    Préc Suiv

    BD : « Tangala » présenté au festival d’Angoulême

    BD : « Tangala » présenté au festival d’Angoulême

    La 43ème édition du festival international de la bande dessinée d’Angoulême se tiendra du 28 au 31 janvier prochain. Et chaque année, on retrouve des habitués comme les bédéistes Pov et Dwa. Mais cette fois, Tojo Alain Rabemanantsoa sera aussi de la partie et présentera sa nouvelle BD intitulée «Tangala».

    «Pour mieux évoluer dans le monde du 9ème art, il faut d’abord se faire un nom à l’étranger. D’où la nécessité de réaliser un projet, puis le présenter à des éditeurs étrangers qui pourront ensuite l’éditer», a expliqué le bédéiste Tojo Alain Rabemanantsoa. Et c’est ce qui l’a amené à participer à la 43ème édition du festival international de la bande dessinée d’Angoulême. En collaboration avec l’Edition Des bulles dans l’Océan, il y présentera son chef-d’œuvre intitulé «Tangala : Tome 1».

    Façonner sa carrière

    «Il y a trois ans, j’ai commencé à concevoir cette bande dessinée. Ensuite pour avoir des collaborateurs, j’ai mené une recherche sur Internet, et je suis tombé sur le site «BD Gest» qui s’est intéressé à mon projet. Pour le lancer, le site m’a mis en contact avec le scénariste Motus qui a adapté la version originale en gardant le même esprit du livre. Et de fil en aiguille, l’Edition Des bulles dans l’Océan a pris en charge la promotion de cet album à l’étranger, pour qu’il participe à des festivals de bandes dessinées, dont celui qui se déroulera à Angoulême». Notons que «Tangala» a été édité à 2 400 exemplaires, et selon l’éditeur, «il se vend bien actuellement, et promet de le pousser encore davantage lors de ce festival, durant lequel je donnerai des séances d’autographe», a-t-il continué.

    Le reflet de la société malgache actuel

    Tojo Alain Ramanantsoa est sous contrat avec cette maison d’édition pour trois ans, laquelle lui propose trois tomes de «Tangala». Au fait, cette bande dessinée relate l’histoire de «l’aristogasy». Dans les années 40, certains Malgaches, appelés «Tangala» ont tourné le dos à leur patrie en nouant des relations avec les étrangers, juste pour leur propre intérêt, pour devenir riches. Mais au final, ils ne trouvent grâce ni envers les étrangers, ni envers leurs compatriotes. «L’histoire reflète un peu l’image de la société actuelle qui place en premier les intérêts avant l’amour de la patrie», a-t-il déclaré.

    Dans le 9 ème art depuis plus de 15 ans

    Mais avant de parvenir à ce stade, le bédéiste a sorti plusieurs livres comme «Naivo kely», «Revy», ou «Hazakazaka»… Il a commencé à exercer le métier de dessinateur en 2000 chez Ngah à Antsirabe. Quelques années après, il est arrivé dans la capitale et a travaillé dans le journal Hehy. Ainsi de suite, il a papillonné de quotidien en quotidien en tant que caricaturiste. «Cet étape est essentiel pour vulgariser une signature», a-t-il conclu.

    Holy Danielle

    Les commentaires sont fermées.