Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
    Préc Suiv

    Jovenna  : un process qualité exemplaire

    Jovenna  : un process qualité exemplaire

    Jovenna démontre la qualité de ses produits, principalement les carburants additivés, gasoil et essence. La compagnie pétrolière a alors organisé, hier une journée porte ouverte, via la presse locale, pour permettre aux consommateurs de découvrir les différentes étapes de contrôle pour garantir une bonne qualité.

    A la station-service d’Ampasika qui comme les autres stations-service Jovenna dans tous le pays est ouverte 7 jours sur 7, le process qualité à suivre avant la distribution a été démontré : cahier des charges pour la bonne tenue des cuves de stockage, contrôle qualité produits par la règle de jauge, vérification de la présence d’eau dans la cuve à travers la pâte à eau et contrôle du stock via la pâte à produit.

    Outre le contrôle qualité de carburant effectué par le service de Métrologie légale du ministère du Commerce, une série de tests indépendants est également réalisée, à travers a priori le laboratoire mobile que la société a mis en place. Il s’agit d’un véhicule tout-terrain équipé de matériel complet, sous l’égide d’un expert qualité qui effectue des tests et des contrôles de conformité des prix. Résultats immédiats : le thermo-densimètre indique la conformité ou non des produits.

    «Au cas où le produit présente des anomalies, il est mis dans un bidon d’échantillon et expédié dans un laboratoire certifié pour des tests approfondis», explique Yvon Rakotoarisoa, responsable du réseau de Jovenna. Un laboratoire certifié, c’est le cas du Labo Chimie à Ambatomirahavavy où certains opérateurs pétroliers présents sur le sol malgache effectuent leurs tests de conformité systématiquement, en dehors des cas exceptionnels. Là encore, l’on contrôle, entre autres, la densité et le point d’éclair du carburant où le combustible peut prendre feu.

    «Si le carburant présente des anomalies comme un mélange avec du pétrole, la densité est faible et il présente donc des risques pour les matériels des usagers. Par ailleurs, son point d’éclair est également très bas. Pour le cas du gasoil mélangé avec du pétrole, le point d’inflammation est de 45 degrés alors qu’il est de 55 degrés pour un gasoil pur», explique Anna Randrianaina, gérante de Labo Chimie Madagascar.

    Vonjy M.

    Les commentaires sont fermées.