Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
    Préc Suiv

    Mines  : une grande compagnie, escroquée

    Mines  : une grande compagnie, escroquée

    On s’en prend encore et toujours aux investisseurs. Dernière en date, une grande compagnie minière du pays vient d’être victime d’une véritable escroquerie : poursuivie en justice par une employée cadre pour licenciement abusif, elle a été contrainte de payer 567 millions d’ariary… Une somme faramineuse mais qui n’est pourtant rien à côté de ce qu’avait initialement osé demander la plaignante à titre de dommages et intérêts : un montant global de près de 2,3 milliards d’ariary, soit plus de 100 ans de salaire d’un collaborateur moyen… Ou pratiquement 1.300 années de smic malgache !

    Et pourtant, la compagnie avait apporté les preuves flagrantes de la culpabilité de la plaignante. Pour se rappeler les faits, celle-ci a été convaincue de divulgation d’informations confidentielles et de perte de confiance, ce qui lui a valu d’être licenciée avec préavis. Tout au long de cette procédure, elle n’a émis aucune objection quant aux motifs du licenciement. Et voilà qu’elle a par la suite décidé de porter plainte pour licenciement abusif.

    Bizarrerie judiciaire

    Vouloir faire payer un montant tel qu’une centaine d’années de salaire frise littéralement le ridicule. Et même si la plaignante n’a pu se faire payer une telle somme, elle a néanmoins obtenu gain de cause auprès de la justice qui n’en peut vraiment plus des interventions.

    En effet, il semblerait que certaines personnes influentes évoluant dans l’entourage du président de la République et qui entretiennent des liens avec la plaignante, qui – soit-dit en passant – est actuellement membre du cabinet d’un ministre en exercice, aient une fois encore marqué ce dossier de leur empreinte. Il s’agirait entre autres de conseillers de la présidence, dont la spécialité réside dans les affaires juridiques et qui sont déjà réputés pour leurs multiples interventions auprès de la justice, à un point tel que les magistrats se sont déjà plaints de nombreuses fois des pressions dont ils sont victimes.

    Mais le plus embarrassant pour le chef de l’Etat qui n’est certainement pas au courant de pareils agissements, c’est qu’il devient à son insu, une fois de plus, un bouc émissaire, alors qu’il n’a rien demandé de tel.

    Et, pire encore, c’est encore tout le secteur des investissements qui se retrouve dans la tourmente à cause de ce genre de tracasserie. Et pour cause, il s’agit d’un autre mauvais signal, plus précisément d’insécurité juridique et judiciaire, envoyé à l’endroit des autres investisseurs potentiels, alors qu’au stade où en est actuellement l’économie du pays, elle ne peut absolument pas s’en passer. D’ailleurs, les représentations de grands pays entretenant des relations diplomatiques avec la Grande île, en particulier les pays d’origine des actionnaires de l’opérateur minier, sont outrées de cette façon dont on pouvait traiter les investisseurs à Madagascar.

    James R.

    Une réponse à "Mines  : une grande compagnie, escroquée"

    1. JUDALET Maurice  30/01/2016 à 22:08

      BIZARRERIE JUDICIAIRE Personnes influentes évoluant dans l’entourage du président de la République et qui entretient des lien avec la plaignante. Multiples interventions auprès de la justice. Cela me rappelle un procès.

    Les commentaires sont fermées.