Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
    Préc Suiv

    Chronique : téléphone et photocopies, le plus court chemin vers la reconnaissance éternelle

    La fonction publique n’est plus ce qu’elle était. Il suffit de se rendre dans un service dit public pour s’en rendre compte. Supposez par exemple que, pour éviter de perdre du temps dans de longs trajets inutiles et d’aussi longues et inutiles attentes, vous demandiez au responsable qui vous reçoit de vous appeler une fois que le précieux document que vous attendez sera prêt. Comme vous vivez sur la même planète que ce responsable, vous avez eu vent des pratiques en vigueur.

    Vous attendez donc stoïquement, le sourire aux lèvres, la formule alambiquée qui vous ouvrira les portes du service minimum.  Vous avez tort. Au diable les subtilités de langage !  L’heure est à la précision. Le responsable fait face à un problème concret : son service n’a pas de téléphone. Pour passer un appel dans le cadre de son travail, il utilise son téléphone mobile personnel. Si vous espérez fixer votre prochaine entrevue par un appel téléphonique, vous vous assurerez d’abord que vous avez choisi le même opérateur de téléphonie mobile. Si ce n’est pas le cas, les portes du service vous seront claquées au nez. Mais si vous avez franchi le premier palier, vous aviez une chance sur trois, on vous explique qu’il vous faudra alimenter le téléphone, pas tous, seulement celui qui servira à vous appeler.  Vous comprenez alors que ce n’est pas un service que le responsable est disposé à vous rendre : c’est une faveur qu’il vous accorde.

    Oubliant quelques secondes que vous vivez sur la même planète, vous vous permettez une remarque sur l’incurie des fonctionnaires. Imperturbable, il n’est que dix heures du matin, celui qui vous proposait un marché équitable vous rétorque que tous les services sont logés à la même enseigne : ils n’ont pas de budget de fonctionnement. En pestant, vous poursuivez votre tournée  des services publics. Et qu’on ne vous parle plus de téléphone ! Fort heureusement, dans ce bureau-là, on n’en a pas l’utilité. Mais vous prendrez soin de ne pas tacher le formulaire qu’on vous envoie photocopier au coin de la rue, ce modèle doit servir encore quelques semaines. Et, si dans l’intérêt de la communauté, vous faisiez quelques photocopies supplémentaires, notre gratitude à votre égard serait presque éternelle. Vous êtes insensible au lyrisme des bureaux ? Disons que notre reconnaissance durerait le temps d’un mandat présidentiel.

    Une reconnaissance éternelle… Voilà qui fait du bien à l’égo et au clientélisme, l’un des nombreuses religions que nous pratiquons avec zèle.  Allez, il faut vivre avec son temps : janvier et ses bonnes résolutions appartiennent au passé, on entre dans le mois du carnaval. Sortez les masques et n’oubliez pas d’acheter une carte de téléphone, elle pourrait vous être utile.

    Kemba Ranavela

    Les commentaires sont fermées.