Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
    Préc Suiv

    Madagascar au sommet de l’ UA : promesse d’une alternance démocratique

    Madagascar au sommet de l’ UA : promesse d’une alternance démocratique

    Rideau sur le 26è sommet de l’Union africaine qui s’est tenu à Addis-Abeba. Réconciliation nationale, apaisement politique et surtout alternance au pouvoir ont été abordés au cours de ce sommet.

    «L’alternance du pouvoir démocratique est primordiale dans la mise en place d’un climat d’apaisement », a indiqué le chef de l’Etat, Hery Rajaonarimapianina, hier à Addis-Abeba, face à certains membres de la presse avant son retour au pays. Et lui d’ajouter que «L’Union africaine s’oppose fortement au coup d’Etat ou toute autre manière anticonstitutionnelle ». Le chef de l’Etat soutient en effet que seul l’apaisement permettra au pays de maintenir ses efforts et d’atteindre les objectifs fixés.

    Les propos du Chef de l’Etat malgache rejoint celui du secrétaire général de l’Onu, Ban Ki Moon qui, lors de son allocution devant les dirigeants africains, a indiqué que « La Constitution ne devrait pas être amendée dans le but de briguer des mandats ».

    L’instauration de l’apaisement dépend de la mise en œuvre de la réconciliation nationale et le pays est à pied d’œuvre, d’après le numéro un de la République. « Mais l’Etat ne peut faire cela tout seul et nécessite la collaboration de tous », a-t-il indiqué. Ce, pour lancer un appel de solidarité à tous les citoyens malgaches.

    L’Union africaine a félicité les efforts entrepris par Madagascar en matière d’apaisement, ce que Hery Rajaonarimampianina n’a pas omis de préciser lors du sommet. « L’Union africaine a exprimé ses reconnaissances face aux efforts déjà entamés, notamment la mise en œuvre de la réconciliation nationale, le pacte de resopnsabilité », a-t-il déclaré en laissant entendre que tous devraient aller dans ce sens. Cela, sans oublier le volet paix et sécurité avec la mise en œuvre de la politique de réforme du secteur de la sécurité (RSS).

    Stabilité

    Quoi qu’il en soit, Hery Rajaonarimampianina a pu rencontrer le secrétaire général de l’Onu en marge du sommet. Tous deux ont discuté des récentes élections dans le pays, ainsi que de la nécessité d’instaurer la stabilité politique, qui est pour le chef de l’Etat la garantie du développement. D’ailleurs, pour le président de la République, « Le plus important est d’instaurer la stabilité politique et institutionnelle afin de garantir le développement du pays ».

    Cependant, la lutte contre la corruption, le respect des droits de l’homme, ainsi que la lutte contre le changement climatique ont également été soulevés. D’où la nécessité de renforcer la résilience du pays.

    Dans tous les cas, le chef de l’Etat a également pu s’entretenir avec plusieurs dirigeants africains et d’autres représentants étatiques, dont quelques chefs d’Etat africain, le Premier ministre algérien et sa délégation, des conseillers du président de la République française ou encore le vice-secrétaire d’Etat des Etats-Unis pour les affaires africaines.

    Tahina Navalona

    Nouvelle présidence de l’UA

    Cette année, la présidence de l’Union africaine revient au président tchadien, Idriss Déby Itno, désigné lors du 26è sommet de l’organe. Idriss Déby Itno succède ainsi à Robert Mugabe pour un mandat d’un an. Lors de son premier discours en tant que président de l’UA, le président tchadien a tenu à interpeller les dirigeants africains concernant leur politique passive qui consiste à trop parler tout en agissant peu. Ce dernier plaide ainsi pour le projet de mise en place d’une force africaine qui permettrait d’intervenir dans la prévention des crises.

     

    Les commentaires sont fermées.