Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
    Préc Suiv

    Amboasary-Atsimo : la malnutrition devient meurtrière

    Amboasary-Atsimo : la malnutrition devient meurtrière

    L’impact de la sécheresse dans le Sud du pays ne cesse de s’amplifier. Une personne succombe de la malnutrition dans le district d’Amboasary- Atsimo, dans la région Anosy, selon les informations recueillies par l’équipe du ministère de la Population, de la protection sociale et de la promotion de la femme (MPPSPF), en mission sur place.

    Dix-huit communes sont particulièrement touchées par la sécheresse et menacées par la famine dans le district d’Amboasary-Atsimo, région Anosy. La situation empire puisque l’on sait actuellement qu’une personne est morte dans ledit district à cause de la famine. Le staff du MPPSPF qui voulait rejoindre la région Androy pour évaluer la situation qui y prévaut, a effectué un crochet par Amboasary-Atsimo, et s’est rendu au chevet de la famille endeuillée par la perte d’un proche, décédé suite à la malnutrition. Pour le ministère, cette descente sur terrain consiste à rencontrer et écouter la population en détresse dans la région Androy, sévèrement frappée par la sécheresse, mais en fait l’équipe s’est rendue compte que nombreux autres habitants ont également besoin d’appui d’urgence dans la région Anosy.

    Assistance alimentaire au profit de 2.000 familles dans l’Androy

    Dans cette optique, en collaboration avec le Bureau national de gestion des risques et catastrophes (BNGRC) et le Programme alimentaire mondial (Pam), le MPPSPF mène une assistance alimentaire dans la région Androy. Près de 19 tonnes

    de maïs, 20.000 sachets de « Koba Aina », 100 kits d’accouchement ont été acheminés vers cette région et distribués depuis hier dans quatre communes du district de Tsihombe, à savoir Nikoly, Anjampaly, Antaritarika et Behazomanga. Ces communes ne figuraient jusqu’ici dans aucune zone d’intervention couverte par les actions d’appui aux ménages mises en œuvre tout au long de l’année, en partenariat avec le Pam.

    Ces prochains jours, environ 2.000 familles, à raison de 500 par commune, bénéficieront directement de cette assistance alimentaire d’urgence en faveur des ménages les plus pauvres et des groupes spécifiques vulnérables, comme les femmes allaitantes, les femmes enceintes et les personnes âgées.

    S’attaquer au fond du problème

    Après la mise en œuvre des actions d’urgence, les distributions de vivres et les visites des localités les plus exposées, une concertation de grande envergure réunissant tous les ministères concernés et les Partenaires techniques et financiers (PTF), ainsi que toutes les ONG intervenant dans la région, se tiendra les 19 et 20 février prochains à Amboasary-Atsimo. A cette occasion, les différents acteurs devraient adopter des solutions pérennes pour s’attaquer au fond du problème qui mine depuis des années la vie de plusieurs milliers de personnes dans cette partie de l’île.

    Le comité interministériel piloté conjointement par le MPPSPF et le ministère de l’Economie et de la planification (Mep), sous la houlette de la Primature, qui sera en charge de remettre sur table les divers plans de lutte contre le « kere » déjà mis à l’étude ces dernières années, compte remporter la bataille. Pour le MPPSPF, « Cette entité a pour attribution de choisir une bonne fois pour toutes, la meilleure stratégie à adopter, et d’élaborer sa mise en œuvre effective, dans les meilleurs délais, afin de mettre la population à l’abri de ce phénomène cyclique, d’une manière efficace et durable ».

    Fahranarison

    Les commentaires sont fermées.