Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
    Préc Suiv

    Francophonie, Comesa…  Un tournant décisif pour Madagascar

    Une année décisive. Les préparatifs des prochains sommets du Comesa et de la Francophonie, qui se tiendront à Madagascar, respectivement en octobre et novembre de cette année sont en cours. C’est «un tournant décisif pour le pays sur le plan international», d’après l’expert en relations internationales, Julien Radanoara, joint au téléphone hier. «Cependant, ce sera également une occasion pour la communauté internationale d’évaluer la volonté ou non du pays de sortir de cette situation. Mais si aucune action concrète des dirigeants n’est constatée, elle risque fortement de se détourner de ces derniers», a-t-il mis en garde. Parmi ces actions figure d’ailleurs le respect des divers traités internationaux ratifiés par Madagascar, notamment la fameuse feuille de route de sortie de crise. «Pour les membres de la communauté internationale, c’est la bonne foi des dirigeants qui est en jeu, et l’enjeu est grave en cas de désobéissance», a-t-il fait savoir.

    Pour l’expert en relations internationales, «Madagascar se retrouve sur le devant de la scène internationale et c’est une opportunité à saisir». En effet, les organisateurs devraient tout mettre en œuvre pour pouvoir «vendre» Madagascar aux invités dès leur arrivée dans le pays et non se contenter uniquement de faire en sorte que les sommets se déroulent sans incident. «D’ailleurs, ce sera l’occasion pour les dirigeants de soigner l’image du pays pour qu’il puisse bénéficier des retombées économiques et sociales de l’après-sommet», a-t-il expliqué.

    Cependant, «Il est vrai que Madagascar est revenu dans le concert des Nations mais ce n’est pas suffisant», a indiqué Julien Radanoara. D’après lui, les dirigeants manquent d’initiative alors qu’ils pourraient faire plus de prospections auprès des membres de la communauté internationale, et particulièrement auprès des investisseurs étrangers. «Lorsque le chef de l’Etat sort pour participer à quelque sommet que ce soit, il devra s’entourer de personnalités au courant des affaires économiques du pays telles que les chefs d’entreprise, les opérateurs industriels et commerciaux et bien d’autres encore», a-t-il soutenu avant de souligner que dans le cas contraire ces divers déplacements seraient vains.

    Tahina Navalona

    Les commentaires sont fermées.