Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
    Préc Suiv

    Sénateur Goulzar Andrianjaka : Madagascar, à l’heure du développement

    Sénateur Goulzar Andrianjaka : Madagascar, à l’heure du développement

    Les différentes élections destinées à remettre Madagascar dans l’ordre constitutionnel ont fait couler beaucoup d’encre. Chacun a son avis sur le sujet aussi bien du côté du régime qu’au niveau des partis adverses. Pour Goulzar Samson Andrianjaka, sénateur HVM élu à Toliara, district d’Ampanihy-Andrefana, « l’essentiel a été fait ».

    Ancien conseiller provincial élu en 1999 et député élu en 2002, également membre du Congrès de la Transition de 2010 à 2013, Goulzar Samson Andrianjaka qui occupait aussi le poste de Grand argentier dans la province de Toliara à la fin des années 90, trouve que malgré les avis divergents, parfois contradictoires, ces élections symbolisent le chemin inéluctable de Madagascar menant vers la mise en place des différentes institutions, conformément à la Constitution. « Madagascar a organisé des élections depuis 2013, lesquelles sont avant tout un gage de stabilité et un grand élan pour le développement. Quelques scrutins figurent encore au programme, mais il est vraiment temps de développer ensemble le pays », a souligné le Sénateur Goulzar Samson Andrianjaka, avant d’ajouter que « devant la pauvreté de la population, perdre davantage de temps dans les querelles de clochers n’est plus de mise ».

    Quant à la victoire nette du parti au pouvoir aux sénatoriales, notamment dans la province de Toliara, Goulzar Samson Andrianjaka a noté que « ce résultat reflète l’aspiration d’une population et d’une nation à la démocratie ». En un mot, cela permet à Hery Rajaonarimpampianina d’asseoir son régime. Une sorte de carte blanche donc pour ce dernier et son régime pour mener à bien le Plan national de développement (PND). A noter que le HVM a fait une razzia à Toliara en obtenant sept sièges.

    « A l’issue des élections qui se sont succédé, remettre en cause la légitimité du chef de l’Etat n’est plus d’actualité, c’est dépassé car ce point a déjà été plus que confirmé à travers les résultats des sénatoriales, notamment dans l’Atsimo-Andrefana », a déclaré le Sénateur. Un faux-débat, dit-il, tout en martelant qu’il appartient de droit au président de la République de choisir et de désigner également les personnes et de former si besoin est des alliances politiques capables de travailler de concert avec l’Etat dans le dessein de sortir le pays de l’ornière.

    Voyages présidentiels

    L’opposition n’a cessé de pointer du doigt  les déplacements incessants à l’étranger du président de la République, depuis son accession au pouvoir jusqu’à maintenant. « Cela a pour unique objectif de décrédibiliser le régime », a évoqué le Sénateur. D’après lui, c’est grâce au renforcement de nos relations avec les pays partenaires que des milliers d’enfants ont été scolarisés. Les données statistiques ont démontré le contraire au cours de la Transition car 80% des enfants n’avaient pas accès à l’éducation de base. Et c’est grâce aux financements internationaux que 60% des centres de santé de base (CSB) ont pu de nouveau rouvrir leurs portes en deux ans.

    Cette nécessité de nouer des relations de partenariat avec les pays étrangers est également une suite logique du retour à l’ordre constitutionnel. Après des années de crise politique, reconquérir la confiance de la communauté internationale sans aller à leur rencontre semble ridicule, sous-entend Goulzar Samson Andrianjaka. C’est un paramètre-phare du développement durable et inclusif puisque la reconnaissance internationale permet à la présidence et au gouvernement de s’atteler vraiment à leur mission. Collaborer avec les pays étrangers partenaires est indispensable pour Madagascar.

    Sud, vitrine économique

    Etant également opérateur économique dans le secteur automobile, le Sénateur est convaincu que le développement d’un pays passe par les régions. « Sans conteste, mais tout cela se conjugue aussi avec une volonté ferme de fournir au Sud les infrastructures nécessaires à son essor socioéconomique. Et je suis confiant d’autant que le chef de l’Etat réitère à chaque occasion que le développement de la Grande île ne se fera que par l’impulsion du Sud. C’est tout à fait vrai vu que cette région avec ses nombreux atouts est une vitrine économique ». Parmi les priorités des priorités figurent la réhabilitation des routes. A ce sujet, la RN9 reliant Toliara à Morombe est en cours de réfection grâce au financement de la Banque africaine de développement (Bad). C’est prometteur pour le secteur agricole et même pour les investisseurs. Mais un seul axe réhabilité ne suffit pas à apporter un développement équitable, cohérent et élargi dans d’autres domaines comme les secteurs extractifs et élevage. A ce sujet, le Sénateur a aussi mentionné les RN 10 et 13.

    En un mot, Goulzar Samson Andrianjaka affiche son soutien à Hery Rajaonarimampianina. « La vision du chef de l’Etat prônant l’ouverture permettra au pays de mettre tous les atouts de notre côté pour réussir. Mon objectif n’est pas de changer, c’est d’assurer un travail constant quel que soit le gouvernement en place », conclut-il.

    J.R

    Les commentaires sont fermées.