Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
    Préc Suiv

    Saraha Rabeharisoa  : « Un parlement sans espérance »

    La désignation par le président de la République des 21 sénateurs de Madagascar de son quota ne cesse d’alimenter les conversations. Les politiciens n’ayant aucun représentant au palais de Verre d’Anosikely n’y vont pas par quatre chemins pour critiquer les nouveaux nominés.

    « Le Sénat repose sur une composition de sénateurs incompétents et de politiciens sans éthique. On ne peut rien espérer de cette institution », a déclaré le leader du parti libéral démocrate (PLD), Saraha Rabeharisoa lors d’une intervention sur une chaîne de radio privée de la capitale, hier.

    Pour étayer ses dires, Saraha Rabeharisoa évoque le transfert de deux anciens ministres et le revirement des politiciens qui ont choisi de suivre le parti au pouvoir rien que pour être nommés sénateurs.

    L’ancienne candidate à la dernière présidentielle a fait savoir que son parti a choisi de ne briguer aucun poste de sénateurs. « Dans ces conditions, c’est pratiquement impossible. Il faut changer la manière de faire de la politique dans le pays », a-t-elle évoqué.

    L’ancien leader du parti Vert rappelle également la situation désastreuse que vit le pays. « Madagascar est en proie à tous les maux, les maladies, l’insécurité, l’insalubrité, la famine, la pénurie d’eau potable, les inondations, la pauvreté, la crise sociale. Rien ne va plus et apparemment les dirigeants ne s’en émeuvent pas outre mesure. 2018 est actuellement le cheval de bataille de nos dirigeants, le développement au profit du peuple est totalement mis à l’écart », a-t-elle déploré.

    La conseillère municipale se déclarant de l’opposition, Lalatiana Ravololomanana partage également l’opinion de Saraha Rabeharisoa. Le leader de l’opposition a déclaré que la course aux sièges à Anosikely est tellement primordiale que les politiciens ont préféré s’allier avec le régime. « Des partisans des présidents Albert Zafy et Didier Ratsiraka n’ont même pas reçu la bénédiction de ces derniers. Ils ont choisi de jouer en solo », a fait savoir Lalatiana Ravololomanana.

    Nadia

    Les commentaires sont fermées.