Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
    Préc Suiv

    Maladies gynécologiques : le cancer du sein en recrudescence

    Maladies gynécologiques : le cancer du sein en recrudescence

    De source auprès du service Oncologie-Radiothérapie de l’HJRA Ampefiloha, sur les 1 500 patientes atteintes de cancer traitées dans l’année, 30% présentent une tumeur du sein.

    Après le cancer du sein, le cancer du col de l’utérus arrive en deuxième position en termes de nombre de cas, avec un taux de 27%. Même dans les centres hospitaliers privés, spécialisés dans le traitement du cancer, la situation est à peu près la même à quelques chiffres près. Cela, à l’exemple de la Polyclinique d’Ilafy où, d’après le chef de service Oncologie, le professeur Josoa Rafaramino, les femmes qui se soignent du cancer du sein et du col de l’utérus sont largement plus nombreuses.

    «Heureusement que nous disposons d’un centre de radiothérapie pour les soigner», a noté le Pr Josoa Rafaramino.

    10 millions d’ariary la séance de radiothérapie

    «Il faut prévoir dans les 10 millions d’ariary pour un traitement classique du cancer par radiothérapie», a indiqué hier le chef de service Oncologie de la Polyclinique d’Ilafy, en marge de la célébration de la journée mondiale de lutte contre le cancer qui s’est déroulée à l’HJRA Ampefiloha. Elle précise en outre que «Ce coût englobe la totalité du traitement. Il est trois fois moindre par rapport au tarif en vigueur à l’étranger». Mais force est de constater qu’un tel frais de traitement n’est pas à la portée de tout le monde. D’ailleurs, en cas de traitement en dehors du classique, il faut prévoir beaucoup plus.

    Concernant la radiothérapie à la charge de l’Etat, «Sa mise en place est actuellement en cours. Pour le moment on a recours à celle du privé», a expliqué le chef de service Oncologie-Radiothérapie de l’HJRA, le docteur Léontine Rabarijaona. Au vu de la situation actuelle observée dans les centres hospitaliers publics, le doute plane sur l’entière gratuité du traitement.

    D’autres types de cancer en nombre croissant

    Si les cas de cancer du sein et du col de l’utérus restent toujours les plus nombreux, d’autres pathologies liées au cancer ont été soulevées, en marge de cette célébration, comme étant en nombre croissant ces derniers temps, notamment le cancer du poumon et celui de l’appareil digestif qui affecte les intestins et l’estomac. «Les cancers touchant des enfants commencent également à prendre de l’ampleur, même si leur taux est encore faible, autour de 1%», a indiqué le chef de service Oncologie-Radiothérapie de l’HJRA. Plus de la moitié des patients sont du sexe féminin.

    Sera R.

    Les commentaires sont fermées.