Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
    Préc Suiv

    Leader Fanilo : l’irréversible déchirure

    Leader Fanilo : l’irréversible déchirure

    L’équipe de Jean-Max Rakotomamonjy prévoit d’organiser un conseil national, ce jour au Paon d’Or à Ivato. L’annonce a déjà été faite auprès de plusieurs journaux de la capitale. Sauf que jusqu’ici, l’autre équipe n’envisage pas d’y aller au risque d’être «radiée» à son tour.

    En effet, le Bureau national de coordination dirigé par l’actuel président de l’Assemblée nationale, Jean-Max Rakotomamonjy a été suspendu par le conseil de discipline, le 16 décembre dernier pour non-respect des textes. «Pourtant les motifs de la suspension de son équipe sont évidents. Par exemple, ce chef d’institution peut organiser autant de conférences de presse que ses finances le permettent, le fait d’avoir imposé son épouse en tête de liste de la candidature du parti lors des sénatoriales dans le Nord ne passera jamais auprès de l’opinion (…). «On se demande d’où l’actuel dirigeant du Leader Fanilo et son entourage tiennent-ils leurs notions sur la démocratie ?», s’est interrogé hier Hasina Raveloson, membre de la nouvelle structure mise en place par les membres fondateurs de cette formation politique.

    D’après lui, en tout cas le parti a dévié de la ligne de conduite depuis belle lurette mais les membres fondateurs ont toujours prôné le dialogue pour éviter la scission. Il semble cependant que cela n’ait pas fonctionné. «On a pris l’habitude de connaître le Leader Fanilo pour ses prises de position par rapport au cours des affaires nationales, et n’hésitant pas à démissionner des postes au sein du régime. La présidence actuelle a fait exception», s’est désolé hier notre interlocuteur. Et lui d’ajouter que «Force est de constater que lui et son équipe ne se sont manifesté à la presse que depuis cette secousse provoquée par le Conseil d’orientation. Une apparition pour protéger leurs places au sein du régime donc. Ce qui fait encore dire que s’ils parviennent à prendre le dessus sur le courant adverse, ils vont repasser en mode silence au niveau du parti… et ne se montrer que lorsque leurs intérêts sont remis en question».

    En tout cas, la guéguerre entre les ténors du parti risque de s’éterniser dans la mesure où aucun des deux camps n’entend faire de concession, et que chacun tente de rallier les partisans en province à sa cause, depuis le début de cette affaire. «Le principal fondateur du parti doit faire d’horribles cauchemars dans sa tombe. Champion de l’éthique politique, il n’aurait sans doute jamais pensé que le parti qu’il a fondé servirait un jour de mangeoire. Le Leader Fanilo doit sortir de cette phase et se redresser», déclare Hasina Raveloson.

    Haja R.

    Les commentaires sont fermées.