Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
    Préc Suiv

    Vol avec violence à Andravoahangy : un catéchiste tué à bout portant

    Vol avec violence à Andravoahangy : un catéchiste tué à bout portant

    Touché d’une balle en pleine tête, un catéchiste a été envoyé d’urgence à l’HJRA mais il a succombé à ses blessures. Les bandits ont jeté leur dévolu sur la sacoche qu’il portait.

    Début de matinée mouvementé au marché d’Andravoahangy, plus précisément au lieu-dit « Ambodin’i Mascar ».

    Aux environs de 5 h, deux bandits dont l’un était muni d’un pistolet ont pris au dépourvu Jean Claude Randriamanantenasoa, 41 ans, sur une rue passante. Pris de panique, les deux hommes qui l’accompagnaient n’ont pas osé réagir. Il en est de même pour Faly Andriamanana, un agent de sécurité qui se trouvait non loin de là. Ils ont suivi la scène d’un regard médusé et stupéfait.

    «Dans un premier temps, les deux hommes ont essayé de lui arracher la sacoche par la force mais il a résisté. Du coup, l’un des bandits a dégainé et lui a tiré dessus. Touché à la tempe, il s’est écroulé avant de s’affaler à même le sol», a expliqué l’agent de sécurité.

    L’un des malfaiteurs s’est emparé de la sacoche. Les deux hommes ont par la suite disparu dans les dédales du quartier. Se trouvant de l’autre côté de la rue, son épouse, Juliette Randriamalala, n’a eu que ses yeux pour pleurer. Le quadragénaire a été transporté d’urgence à l’hôpital mais malgré les soins prodigués, il n’a pas survécu.

    Tué pour quelques billets

    Visiblement encore sous le choc, l’épouse du défunt a expliqué qu’il n’y avait qu’une bible et quelques billets d’un montant de 26.000 ariary dans la sacoche. Selon toute vraisemblance, les bandits espéraient que la victime avait sur lui une forte somme d’argent. Ce catéchiste de l’église anglicane Avaratrakoholahy Faratsiho était accompagné de quelques fidèles.

    «Notre église projetait d’effectuer des travaux de réparation et nous sommes venus dans la capitale pour rencontrer la diaspora. Nous avons été hébergés par des connaissances. La rencontre est prévue se tenir demain (ce jour ndlr). Nous étions sur le point de faire quelques emplettes pour préparer cette rencontre lorsque nous avons été attaqués par les bandits», a ajouté Juliette Randriamalala.

    Le père de famille sera inhumé à Antsapanimahazo.

    Mparany

    Les commentaires sont fermées.