Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
    Préc Suiv

    Saison des pluies : Antananarivo, ville inondable

    Saison des pluies : Antananarivo, ville inondable

    Les inondations au sens dramatique faisant plusieurs victimes et des dégâts matériels, ainsi que des sinistrés ne sont pas encore à craindre. A en croire les dires des responsables, joints par téléphone, l’alerte n’est pas au rouge et l’alternance des saisons chaude et humide est tout à fait normale en cette période de l’année. Mais dans la ville, la situation est sans cesse toute autre au quotidien.

    Et bien qu’elle soit entrée dans la nuit d’avant-hier dans la zone de responsabilité de Madagascar, la forte tempête tropicale «Uriah», ainsi baptisée par le service météorologique australien ne représente aucune menace pour la Grande île, ont indiqué hier les météorologues d’Ampandrianomby, tout en précisant que le temps qu’il fait actuellement dans la capitale n’a rien à avoir avec le développement de ce système dans l’océan Indien.

    D’ailleurs, après des semaines sèches et très chaudes, voir la saison des pluies reprendre son cours est même parfois souhaité par les Tananariviens. Cela rafraichit un peu la température avoisinant les 25°C dans la capitale. Le mal nécessaire car en seulement trois jours de pluie depuis samedi,  la capitale, notamment les grands axes de circulation dans les bas-quartiers nage dans les eaux durant des heures.

    Conséquences immédiates

    En quelques minutes seulement, les chaussées se transforment en mini-fleuve. Les travaux de réfection des rues et routes de la capitale par le biais du système tiptop ne résistent pas à la pluie laissant un autre champ de nids de poule cassant et stressant pour les automobilistes.

    A Antanimena, aux 67Ha, à Isotry, à Ampefiloha, la montée rapide des eaux a pris au dépourvu les chauffards. Du coup, les voitures en panne accentuées par les coups retentissants des klaxons font partie du décor. Les embouteillages monstres se forment en pleine heure de pointe qui dans certains axes perdurent jusqu’en début de soirée. A Besarety, comme à l’accoutumée, l’eau ne s’infiltre plus, mais s’invite dans les maisons des riverains. Dans les bas-quartiers, plusieurs maisons sont déjà sous les eaux. Par endroits, l’eau est montée jusqu’à 40 cm.

    Certes, il n’y a  pas encore de menace d’inondation catastrophique. Mais le fait que la plaine d’Antananarivo soit submergée d’eau seulement en l’espace de quelques minutes fait quand même réfléchir d’autant que la saison des pluies durera jusqu’en avril.

    La résilience

    Antananarivo est une ville inondable et la situation pourra empirer si aucune mesure n’est prise. Non seulement, le système d’évacuation des eaux usées et de pluies (150 km) est vétuste accélérant rapidement les inondations, mais surtout cela manque énormément d’entretien régulier. A l’heure actuelle, plus d’un attend la concrétisation du projet «Initiative d’amélioration de la résilience intégrée de la communauté de la ville d’Antananarivo» (Iarivo) face aux risques de catastrophes naturelles très élevés dans la capitale.

    A titre de rappel, le projet Iarivo s’étalant sur une année, est doté de 835 000 dollars grâce à la collaboration avec l’Usaid, Care International et le BNGRC. Il concerne 75 fokontany et 91 000 personnes d’Antananarivo. Réduire la vulnérabilité de la ville et de ses habitants face aux inondations figure parmi les objectifs.

    R.A.

    Les commentaires sont fermées.