Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
    Préc Suiv

    Homicide involontaire  : une amende de 50 000 euros infligée à Orange

    Le tribunal correctionnel d’Aix-en-Provence a condamné le groupe de téléphonie Orange au paiement d’une amende de 50 000 euros pour homicide involontaire, après la chute mortelle d’un salarié, tombé d’une échelle jugée dangereuse à la fin de l’année 2011, rapporte le journal Le Monde dans un article publié le 3 février dernier.

    Selon les dires d’un membre du Syndicat du Sud qui s’est porté partie civile, l’entreprise aurait dû mettre en place des dispositifs de sécurité pour protéger ce technicien de 55 ans, qui intervenait sur un poteau en bois pour remplacer un câble. La chute d’une échelle dite «plateforme extérieure » d’une hauteur de quatre mètres lui a coûté la vie. Cette « plateforme » sur laquelle le technicien est monté a été jugée « non conforme », car il s’agissait d’une échelle « un petit peu améliorée », selon les remarques d’un procureur qui a requis une peine d’amende à Orange lors d’une audience au mois de décembre. Celui-ci a ensuite laissé au tribunal le soin de déterminer le montant de l’amende dont l’opérateur téléphonique doit s’acquitter.

    Par ailleurs, le Syndicat du Sud et la Confédération générale du travail (CGT) ont également insisté sur la dangerosité de la plateforme qui ne peut être utilisée que par une seule personne, alors qu’une échelle classique peut supporter deux techniciens. De son côté, l’avocat de la partie civile a précisé qu’Orange a utilisé cette plateforme pour une question de réduction de coût.

    Le tribunal correctionnel d’Aix-en-Provence a ainsi reconnu une négligence de la part de la compagnie, laquelle est à l’origine de l’accident. Ce jugement met en tout cas en garde les employeurs qui ne respectent pas les obligations de sécurité, rapporte le même syndicaliste dans le journal Le Monde. Les déboires d’Orange n’en finissent donc pas, en France comme à Madagascar où la récente hausse des tarifs a provoqué la… chute du nombre de clients de la filiale. Espérons que la filiale de l’opérateur au pays, Orange Madagascar, respecte les normes en matière de conditions de travail dans lesquelles évoluent ses collaborateurs. Il n’empêche que les problèmes s’enchaînent pour l’opérateur, aussi bien au niveau de la maison-mère que ses filiales.

    Haja R.

    Les commentaires sont fermées.