Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
    Préc Suiv

    Transport en commun : la qualité des services laisse à désirer

    Transport en commun : la qualité des services laisse à désirer

    Les services offerts par les véhicules de transport en commun dont les taxis-be, moyens de locomotion les plus usités dans la capitale et ses périphéries ne satisfont pas aux besoins des usagers.

    Pour le moment, malgré les progrès réalisés comme la dotation de tenue aux chauffeurs et receveurs, l’exigence de ne stationner qu’aux arrêts ou encore la qualité technique des véhicules utilisés, nombreux points restent à améliorer. «Le problème réside dans le fait que les transporteurs ne pensent qu’aux bénéfices à tirer en négligeant la qualité des services offerts», selon les explications de la responsable section Route et transport auprès de l’ONG Lalana, Holy Nirina Raharovololona.

    C’est la raison pour laquelle l’ONG Lalana a pris l’initiative de mettre en œuvre un projet de  notation de la qualité des services fournis par les taxis-be, dont les objectifs sont de disposer d’informations permettant d’apprécier la qualité des services dans le transport en commun, et de proposer un document d’évaluation qui pourra générer de multiples projets d’amélioration. Concrètement, les critères de notation vont de 0 à 3, portant sur les chauffeurs et receveurs, les véhicules et les arrêts.

    Mai et juin

    La notation a été réalisée dans la capitale en mai et juin 2015, pendant cinq jours et a touché différents itinéraires sur l’axe Ouest (109, 146, 147, 151, 172, 178, 183, 186, 193) depuis les 67Ha jusqu’à Anosy et sur l’axe Est (135, 141, 144) de Behoririka à Ampasampito. Ce projet a mobilisé quatre observateurs voyageant et un observateur à chaque arrêt par ligne et par jour pour l’axe Ouest. Quant à l’axe Est, deux observateurs voyageant et un autre à chaque arrêt, par ligne et par jour ont assuré la notation.

    En général, la qualité des services fournis par les douze lignes ayant fait l’objet d’observation est sensiblement la même, idem pour les véhicules, quelle que soit la coopérative. Leur méthode de travail en matière de traitement des clients laisse à désirer, d’après toujours Holy Nirina Raholivololona. Soit l’état du véhicule ne répond pas aux normes exigées, soit les tenues de travail des chauffeurs et des receveurs ne sont pas correctes, sans parler du manque de respect envers les usagers ou la non-délivrance de ticket en contrepartie de l’argent payé par les usagers.

    Toutefois, certaines lignes ont pu avoir de bonnes notes et ont été récompensées par l’ONG Lalana, hier en son siège à Manakambahiny. Il s’agit, entre autres, de la coopérative desservant la ligne 172 qui relie Andoharanofotsy à Tsaralalàna en passant par Tanjombato et Anosibe, qui a été classée la plus méritante. Le projet de notation se poursuit cette année en mai, juillet et novembre prochains pour d’autres lignes.

    Noro Niaina

    Les commentaires sont fermées.