Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
    Préc Suiv

    Tourisme : les opérateurs en quête du marché anglophone

    Tourisme : les opérateurs en quête du marché anglophone

    Les professionnels du tourisme enchaînent avec la promotion de Madagascar sur la scène internationale

    L’Office national du tourisme de Madagascar (ONTM) vient de collaborer avec un jeune aventurier britannique qui a fait le tour de Madagascar à pied allant de l’extrême Sud vers l’extrême Nord. En fait, Ash Dikes a mis 155 jours pour ce voyage inédit à Madagascar durant lequel il a publié en direct tous les détails sur son voyage sur plusieurs supports médiatiques internationaux et également les réseaux sociaux. « Nous estimons que ce voyage d’Ash Dikes aura des retombées sur le tourisme à Madagascar. Cela permet à la Grande île d’avoir plus de visibilité au niveau international, et particulièrement aux yeux des touristes anglophones », a affirmé un responsable auprès de l’ONTM lors d’une conférence de presse organisée à Antaninarenina, vendredi dernier.

    Ash Dikes a parcouru 3000 km en partant du cap Sainte Marie, à l’extrême Sud de l’île jusqu’au Cap d’Ambre. « J’ai décidé de traverser la côte Est en quittant Fort-Dauphin pour des raisons de sécurité. J’ai donc parcouru à pied plusieurs localités de cette partie Est, dont Manantenina, Vangaindrano… J’ai également visité les plus hautes montagnes de l’île entre autres, l’Ankaratra, Ibity, Tsiafajavona. J’ai dû m’arrêter deux semaines car j’ai attrapé le paludisme. On m’a évacué d’urgence dans un hôpital de Fianarantsoa. Une fois arrivé à Antananarivo, j’ai repris la route avec deux guides touristiques. Nous avons mis soixante-dix jours pour faire la seconde partie du voyage avant d’atteindre la partie nord de l’île.», a resumé Ash Dikes sur ce long voyage à Madagascar.

    Approche communautaire

    Ash Dikes a été séduit durant ce voyage à Madagascar. Il a aussi fait la promotion de la conservation des parcs et aires protégées par les communautés locales, durant sa visite dans le pays.

    « Le cas du parc Azafady situé à Sainte Luce à Fort-Dauphin  est un modèle réussi sur la protection des aires protégées. Il en est de même pour le Parc de Ranomafana du coté Est de l’île et de celui d’Andavakoera dans la partie Nord », a-t-il expliqué.

    Voilà donc une autre approche pour les opérateurs touristiques à Madagascar pour faire la promotion de la destination Madagascar, à l’instar de la participation à des salons internationaux et régionaux. En effet, les opérateurs misent beaucoup sur la haute saison 2016. Ces derniers fixent comme principal objectif les chiffres de 2008 l’année ou Madagascar a accueilli près de 300 000 touristes.

    Riana R.

    Les commentaires sont fermées.