Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
    Préc Suiv

    CIDST Tsimbazaza  : place à l’assainissement

    CIDST Tsimbazaza  : place à l’assainissement

    L’abondance des pluies de ces derniers jours a provoqué des inondations dans certains quartiers de la capitale et particulièrement à Tsimbazaza. A causes des inondations, l’accès des usagers dans l’enceinte du Centre d’information et de documentation scientifique et technique (CIDST) de Tsimbazaza est devenu difficile. «Les canaux d’évacuation d’eaux usées sont obstrués par les déchets et les usagers ne savent plus où mettre les pieds en cas de pluies abondantes », a témoigné une employée du centre de formation professionnelle des femmes. Les étudiants du CEG de Tsimbazaza qui fréquentent le cybercafé installé dans un coin du centre de lecture et de loisirs se plaignent également des flaques d’eau et de boue rendant difficile la circulation dans l’enceinte du site.

    Pour solutionner tous ces problèmes, les jeunes HVM ont organisé des travaux d’assainissement sous forme de haute intensité de main-d’œuvre (Himo) dans l’enceinte du CIDST Tsimbazaza. Depuis hier, près d’une cinquantaine de personnes issues des différents quartiers environnants participent aux travaux s’étalant sur une semaine et seront rémunérées à raison de 3.000 ariary par jour par personne. L’objectif est d’améliorer l’accès des usagers à tous les services offerts par les différents centres qui y sont en place.

    Pour le cas du centre de formation professionnelle des femmes, inauguré par le chef de l’Etat le 17 février dernier, par exemple, près de 150 jeunes filles et femmes se sont inscrites et bénéficient des formations qui y sont dispensées. A part les femmes du quartier de Tsimbazaza et ses environs, certains bénéficiaires des formations viennent d’Ampitatafika ou encore de Manjakandriana. Les bénéficiaires des formations en art culinaire, en coupe et couture, en informatique, ainsi qu’en jardinage, s’étalant sur trois mois, paient des frais de participation d’un montant de 5.000 ariary. Un formateur par filière encadre les stagiaires.

    Noro Niaina

    Les commentaires sont fermées.