Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
    Préc Suiv

    Langue Japonaise  : le laboratoire est ouvert à Ankatso

    La Faculté des lettres et sciences humaines (FLSH) de l’Université d’Antananarivo vient d’être dotée d’un laboratoire de langue japonaise dont la mise en place permettra d’étendre les activités d’enseignement des langues étrangères auprès de la FLSH. Cette fois-ci, le projet sera axé sur les études de la langue et de la culture japonaises. Le projet contribuera également à raffermir la coopération et les échanges entre Madagascar et le Japon.

    Le laboratoire de langue a fait l’objet d’une inauguration, vendredi dernier à Ankatso. L’idée est d’inciter les étudiants de la FLSH à s’intéresser aux études de la langue japonaise et, ces dernières années, l’effectif des apprenants ne cesse d’augmenter, a expliqué l’enseignant-chercheur Solofoniaina Ambinintsoa Rakotomanana. La demande d’inscription auprès du département d’étude anglophone a tendance à augmenter de 10 à 15 par an et, actuellement, près de 200 étudiants poursuivent leurs études dont 65 sont en 3è année. A chaque niveau, une dizaine d’entre eux ont choisi d’étudier le japonais comme deuxième langue vivante (LV2) à part le chinois mandarin. Mais le problème réside dans l’insuffisance du personnel enseignant. Pour le moment, le département d’étude des langues anglaise et japonaise a eu le privilège d’accueillir Mina Niino, une volontaire japonaise qui enseigne la langue japonaise pour une durée de deux ans, pour pallier le manque d’effectif.

    D’où l’idée de la création du laboratoire de langue japonaise comme centre d’études où le développement économique et industriel, les relations internationales et les aspects culturels sont prévus être au programme durant les séances de formation. Pour dire que l’ouverture du laboratoire constitue une opportunité d’élargir la coopération économique et culturelle entre les deux pays. Le projet a été mis en œuvre grâce aux partenariats de la FSLH avec le gouvernement du Japon et l’ONG Sakura regroupant une vingtaine de Malgaches diplômés du pays du Soleil levant.

    Noro Niaina

    Les commentaires sont fermées.