Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
    Préc Suiv

    Antananarivo : la canne à sucre nourrit des familles

    La région Analamanga, et même la banlieue d’Antananarivo, est propice à la production de canne à sucre. Des familles entières vivent en effet de cette espèce tropicale dans le district d’Antananarivo-Avaradrano depuis des années.

    Tout lopin de terre gorgé d’eau favorise la culture de canne à sucre qui pousse à longueur d’année, selon un père de famille qui s’est spécialisé dans ce type de culture dans la commune de Masindray. Il en produit  10 charretées en moyenne vendues à plus de 100.000 ariary par semaine, a-t-il révélé. Les problèmes de débouchés ne se rencontrent pas encore dans la filière  canne à sucre dans la capitale et ses environs puisque les clients réservent les produits à l’avance et viennent sur place pour les récupérer, selon lui. Il a ajouté en plus que le travail fourni pour la canne n’est pas plus harassant que celui des autres cultures en plus de sa rentabilité. Pour cette famille de Masindray, vendre de la canne à sucre à l’état brut comporte plus d’avantage que de la transformer pour pouvoir maintenir un prix accessible à la clientèle.

     Les berges de la Sisaony constituent des terrains de culture adaptés à la canne à sucre qui peut être associée à d’autres plantes pour devenir une deuxième source de revenus pour les ménages ruraux. L’absence d’unité de transformation de canne à sucre freine pourtant la production dans la région Analamanga pour éviter la saturation du marché, ont conclu les planteurs de la commune de Masindray.

    Manou

    Les commentaires sont fermées.