Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
    Préc Suiv

    Etat civil : vers l’informatisation du système d’enregistrement

    Etat civil : vers l’informatisation du système d’enregistrement

    Une mission de pré-évaluation du groupe régional du programme africain pour l’amélioration accélérée des systèmes d’enregistrement des faits d’état civil et d’établissement des statistiques de l’état civil (Apai-CRVS) est actuellement en visite à Madagascar.

    La délégation dirigée par le coordonateur du groupe régional du programme, le Dr Dimitri Sanga a rencontré, hier à Anosy le ministre de l’Intérieur et de la décentralisation et non moins coordonateur du comité national, Olivier Solonandrasana Mahafaly.

    Cette rencontre entre dans le cadre d’« un travail préparatoire pour une évaluation du système d’enregistrement d’état civil, concernant la naissance, le décès, le mariage et le divorce », a fait savoir le Dr Dimitri Sanga. Afin de mener à bien cette mission, ces experts ont sollicité l’appui et la volonté politique du gouvernement malgache.

    Il faut savoir que le programme Apai-CRVS est le résultat des diverses conférences des ministres africains en charge de l’état civil et des statistiques de l’état civil auxquelles Madagascar a participé. La dernière en date s’est tenue à Yamassoukro en Côte d’Ivoire en 2015.

    Défaillante

    Lors de la conférence de Durban en 2012, les participants ont reconnu à l’unanimité que la politique de l’état civil est défaillante dans toute l’Afrique dont à Madagascar. Elle a été adoptée alors que l’Apai-CVRS sera reconnu comme étant une politique pour le programme de développement de l’enregistrement des faits d’état civil et des statistiques de l’état civil en Afrique.

    La délégation a effectué une descente dans certains centres d’enregistrement de la capitale et ont constaté de visu la vétusté du système. Ce programme est important dans la mesure où il contribuera au développement du pays et permettra de faire jouir les citoyens de leur droit.   « Après leur passage à Madagascar, la délégation établira une évaluation afin de déterminer la prochaine stratégie de travail. Nos lois sont désuètes, il faudrait ainsi les amender. Il est grand temps de nous séparer de notre méthode de travail actuelle et d’envisager ensuite l’informatisation de notre système d’enregistrement et d’archivage », a déclaré le ministre de l’Intérieur et de la décentralisation. Ce dernier a annoncé qu’un comité interministériel a été instauré afin de structurer le système qui est assez disparate actuellement. Le lancement officiel de ce programme se tiendra ce jour à Anosy.

    Nadia

    Une visite auprès du Sénat

    Malgré la clôture de la session spéciale, les activités au sein du Sénat se poursuivent. Le président de la Chambre haute, Honoré Rakotomanana a reçu, hier au palais de Verre à Anosikely, une délégation du     « Groupe régional d’enregistrement des faits d’état civil et des statistiques (Apai-CRVS) », dirigée par le Dr Dimitri Sanga. Il faut noter que cette délégation est arrivée au pays dimanche dernier pour repartir demain.

    La rencontre entre les deux parties était axée sur la pré-évaluation des systèmes d’enregistrement des faits d’état civil et d’établissement des statistiques y afférentes pour le groupe régional des pays francophones d’Afrique de l’ouest. Sur ce point, le professeur Honoré Rakotomanana a fait savoir que le programme pour Madagascar a été suspendu depuis 2002 et qu’il est temps de le relancer. La possession d’un acte d’état civil est « un droit dont chaque citoyen bénéficie dès sa naissance », a-t-il indiqué. Pour l’heure, le Sénat se tient prêt pour les concertations qui se tiendront auprès du ministère de l’Intérieur et de la décentralisation, prévues la semaine prochaine. «Nous faisons cela pour faciliter le recensement des citoyens », a expliqué le numéro deux de l’Etat.

    Quoi qu’il en soit, la délégation du groupe régional a tenu à féliciter le professeur pour son élection à la présidence du Sénat. Il s’agit d’ailleurs d’une première visite officielle pour cette assemblée. Honoré Rakotomanana de son côté a également remercié la délégation de sa visite et souhaite le raffermissement de la coopération bilatérale entre les deux parties mais aussi avec l’Afrique de l’Ouest.

    Tahina Navalona

    Les commentaires sont fermées.