Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
    Préc Suiv

    Garde-malade  : une activité lucrative pour certains

    Des dockers, des marchands de linceuls devant l’HJRA à Ampefiloha offrent leurs services comme garde-malade, moyennant la modique prestation de 3 000 à 10 000 ariary la nuitée. Rastefa est l’un de ces gardes-malades. D’après lui, son tarif varie selon la situation sociale des solliciteurs. Il n’a pas de tarif fixe, cela dépend du bon cœur de tout un chacun. Toutefois, il est vrai que l’habit ne fait pas le moine, car les apparences peuvent parfois être trompeuses. « L’aspect extérieur des gens ne justifie pas toujours le montant du pourboire qu’ils vous donne. Mais je n’en fais pas toute une histoire », nous a-t-il indiqué, hier. Comme tout le monde ne peut pas se payer les services d’un infirmier, pour qui au bas mot la nuitée est de 100 000 ariary, nombreux ont recours aux services de Rastefa.

    Parfois, notre homme fait également office de donneur de sang à raison d’au moins 5 000 ariary la prise. « Sur ce point, je suis exigeant, car il faut que je récupère ensuite », a-t-il souligné. Il convient de noter qu’une personne ne peut donner qu’un demi-litre de sang par jour. Et le deuxième prélèvement ne peut être effectué sur une même personne qu’après plusieurs jours.

    Un père de famille venant du grand Sud de Madagascar, plus précisément de la région Androy, dont un proche a dû être évacué dans la capitale pour être soigné à l’HJRA, est un des clients de Rastefa. « Soigner un patient à l’hôpital n’est pas seulement une question d’argent, mais exige aussi une bonne aptitude physique et morale de ses proches. On s’est préparé à cette éventualité, mais à la longue la fatigue se fait ressentir. Heureusement que nous avons trouvé ce jeune homme pour nous porter assistance », a-t-il témoigné.

    Sera R.

    Les commentaires sont fermées.