Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
    Préc Suiv

    Plantes médicinales : vente en hausse face au coût des soins

    Plantes médicinales : vente en hausse face au coût des soins

    Nombreuses personnes ont actuellement recours aux plantes médicinales traditionnelles face aux coûts onéreux des soins, et des prix élevés des médicaments.

    D’après Madame Sabine, une vendeuse de ces produits du côté de la « Petite vitesse » à Analakely, « cette situation a favorisé la bonne marche de nos affaires et un retour aux sources pour apprécier de nouveau les vertus des plantes. Des ressortissants étrangers viennent même ici pour acheter nos produits».

    Madame Sabine se défend cependant d’être une tradipraticienne. Elle ne fait que vendre ses produits, selon les commandes des clients. « Si on me demande conseil, je ne fais que transmettre les recettes que mon grand-père et mes parents m’ont reléguées », explique-t-elle. Un grand-père qui a vécu jusqu’à plus de cent ans sans avoir goûté le moindre médicament des pharmacies, ni consulter un médecin, témoigne-t-elle. Elle reconnaît toutefois que, comme tous les remèdes, l’abus est toujours déconseillé, notamment pour les tisanes. « Mieux vaut toujours demander l’avis d’un vrai guérisseur traditionnel, mais il faut faire bien attention aux charlatans qui ne cessent de proliférer ces derniers temps », recommande-t-elle.

    Les principaux clients

    D’après toujours Madame Sabine, la majorité de ses clients sont affectés par des maux d’estomac ou du cœur. « Je n’oserais dire qu’ils constituent les deux-tiers de mes clients, mais plus de la moitié, ça j’en suis sûre. », témoigne-t-elle. Viennent en second lieu ceux qui sont malades des autres viscères comme le rein ou le foie, ainsi que ceux souffrant de l’appareil respiratoire qui sont en recrudescence depuis la saison des pluies.

    Un métier qui nourrit son homme

    Cette vendeuse de plantes médicinales traditionnelles est dans le métier depuis vingt ans, plus précisément depuis l’âge de 17 ans, après avoir raté son cursus scolaire en classe de seconde. Cette activité lui a permis d’élever ses cinq enfants, dont l’ainé qui a 24 ans vient de se marier au début de cette année.

    Sera R.

    Les commentaires sont fermées.