Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
    Préc Suiv

    Fin de mandat du FFM : la discrétion est de mise

    A une semaine de la fin du mandat du Conseil pour la réconciliation malgache (FFM), aucun décret n’a toujours officialisé la date y afférente. Il semblerait même qu’aucune cérémonie officielle ne sera organisée, et qu’aucun bilan de ce qui a été effectué depuis ne sera dressé. Cependant, le directeur de cabinet de l’institution, Alphonse Maka a fait savoir qu’une passation de service se tiendra dès la mise en place de la nouvelle structure en charge de la réconciliation.

    Il faut noter que depuis quelques mois, le FFM s’est abstenu de faire quelque déclaration que ce soit même lors de sa dernière session ordinaire vers la fin de l’année. Certaines indiscrétions ont même fait savoir que la discrétion était le mot d’ordre.

    Quoi qu’il en soit, les membres du FFM se disent prêts à passer le flambeau, bien que les trois années d’existence de l’institution n’aient pas suffi à accomplir toutes les missions qui lui ont été confiées. Confronté au départ à un problème de budget, le FFM a dû faire avec. Et bien que le budget ait été débloqué, voilà qu’il faillit à certaines tâches, notamment l’indemnisation des victimes, faute de fonds, notamment celui de la solidarité nationale. Normalement, la caisse devait être approvisionnée par l’Etat mais également par la communauté internationale.

    Plus tard, le FFM a dû traverser une crise interne qui s’est soldée par le remaniement de certains de ses membres. Mais auparavant, l’institution a pu achever son rapport sur la mise en œuvre de la réconciliation au niveau des régions et permis à certaines personnes de bénéficier de l’amnistie, bien que plusieurs centaines de dossiers soient encore en attente auprès de la Cour suprême actuellement.

    Tahina Navalona

    Les commentaires sont fermées.