Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
    Préc Suiv

    Nouvel an malgache : une célébration dans la pure tradition

    Nouvel an malgache  : une célébration dans la pure tradition

    La traditionnelle célébration du Nouvel An malgache dans la capitale a été maintenue bien que la date n’ait pas fait l’unanimité. Du Tahala Rarihasina au jardin d’Andohalo en passant par le centre culturel d’Ambohimangakely ou encore sur la colline sacrée d’Ambohidrabiby, la cérémonie s’est déroulée dans la pure tradition.

    Ces cinq jours d’affilée ont fait la part belle au folklore malgache à travers des représentations artistiques,  des conférences à thème et expositions. «C’est une grande fierté pour la population d’avoir réussi une telle manifestation. Nous souhaitons vivement faire tout notre possible afin de proposer une prochaine édition mémorable», confie Victorio Randriamihanta, de l’association Fitohasina.

    C’est sans aucun doute à l’unisson que la plupart des Malgaches ont éprouvé les mêmes sentiments de fierté et d’appartenance. «Notre rôle s’est limité à l’organisation de l’événement. Les ampanjaka et les notables ont, non seulement, tenu à honorer de leur présence cette cérémonie, ils ont surtout mis la main à la pâte pour que le Nouvel An malgache retrouve sa lettre de noblesse», poursuit-il.

    C’est un événement qui a été fêté aux quatre coins du monde par la diaspora malgache. A La Réunion, les manifestations ont  été rythmées par le traditionnel «Afo tsy maty» ou le feu de joie, le partage du «riz au lait arrosé de miel», la musique folklorique avec la participation entre autres de Groove Lélé  et Tiana, l’interprète de «Laisse pas moin là». Cet événement a été surtout organisé dans le but de récolter des fonds pour la construction d’une école à Ambohimangakely.  A Dubaï, une manifestation sera également prévue ce vendredi et ce, jusqu’au 31 mars prochain.

    Le Nouvel An malgache est une fête culturelle initiée par le roi Ralambo depuis plus de 540 ans sur la colline sacrée d’Ambohidrabiby, siège de son pouvoir. Durant les siècles passés, elle fut communément appelé «Alahamadibe» pour le fait que ce roi l’a fêté au début du mois d’Alahamady. La flamme éternelle, le bain royal et l’inauguration du nouvel an par le «Tatao» figurent parmi les rites les plus marquants de cette festivité. Comme cette période de l’année correspond à un moment où tout se termine et se renouvelle en même temps, il est primordial que tout un chacun soit propre, exempté de souillures et d’impuretés, d’où le sens même du «rite de purification». C’est également l’occasion du pardon mutuel, de la réconciliation et le renforcement du «Fihavanana», l’essence même de la société malgache.

    Joachin Michaël

    Les commentaires sont fermées.