Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
    Préc Suiv

    Elevage de poulet  : un marché à fort potentiel

    Elevage de poulet  : un marché à fort potentiel

    La filière avicole a connu au cours de ces cinq dernières années un accroissement fulgurant notamment avec l’élevage de poulet. A preuve, l’augmentation en nombre des industries de production de provendes, ainsi que des producteurs de poussins. Les petits producteurs s’intéressent davantage à l’élevage de poulet, un type d’élevage à cycle court permettant d’obtenir rapidement et à moindre coût de la viande et un bon rendement. Les problèmes d’acheminement des produits, liés à l’état des infrastructures routières restent toutefois un handicap.

    Le marché actuel affiche un besoin annuel estimé entre 10 à 12 millions de poussins. Aussi, en raison de son accessibilité, l’élevage à cycle court s’avère-t-il être une alternative favorable pour les victimes de la crise. Il faut par exemple 2 kg d’aliments pour obtenir un kilo de viande, alors que pour produire la même quantité, il faut près de 7 kg d’aliments pour un bœuf et 5 kg pour un porc. De plus, la croissance d’un poulet varie de 40 à 45 jours.

    Par ailleurs, nombre de petits exploitants agricoles investissent davantage dans le poulet «gasy». Ce marché représente particulièrement un débouché énorme, comme l’a expliqué Jean-Charles Randriamihaja, président de l’association Manaovasoa du Vakinakaratra. Une quarantaine de membres de cette organisation paysanne ont effectivement investi dans la filière qui ne nécessite pas de grands investissements.

    La consommation de poulet dans la Grande île reste encore faible, avec 2,5 à 3 kg par personne par an, par rapport à la consommation de l’île Maurice (40kg/pers/an), de la Côte d’Ivoire (13kg/pers/an) ou encore de l’Europe (50kg/pers/an).

    Arh.

    Les commentaires sont fermées.