Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
    Préc Suiv

    Affaire Ketaka Razafimisa : le petit ami de la cinéaste acquitté

    Affaire Ketaka Razafimisa  : le petit ami de la cinéaste acquitté

    Tant attendu, le procès sur la mort de la scénariste et non moins réalisatrice KetakaRazafimisa s’est déroulé devant la Cour criminelle d’Anosy, hier, soit moins d’un an après la mort de cette dernière.

    A l’issue de l’audience qui avait duré près de quatre tours d’horloge, le principal suspect qui n’est autre que le petit ami de la cinéaste a été acquitté purement et simplement.

    Un débat houleux a eu lieu après la lecture de l’acte d’accusation et de la déposition du plaignant. Neuf témoins à charge et à décharge (amis et proches des deux parties) ont également été entendus par la cour.

    La cour a essayé d’établir s’il s’agissait d’un meurtre ou d’un suicide. Sachant que la réalisatrice a été retrouvée morte peu de temps après que son équipe et elle aient terminé le tournage d’un court-métrage intitulé «Her little piece of heaven», les jurés et le magistrat en charge du dossier ont porté particulièrement leur attention sur le contenu et le scénario du film.

    Une femme battante

    Pour rappel, la réalisatrice et scénariste Lalaina Ketaka Razafimisa a été retrouvée morte chez elle, à Betongolo, dans la matinée du 22 avril 2015.

    Le jeune homme qu’elle fréquentait depuis quelques années a affirmé que Ketaka s’est suicidée. Les proches de Ketaka Razafimisa croyaient dur comme fer que cette dernière n’était pas le genre de femme à se laisser étouffer par la vie.

    Rapportant la version du petit ami de sa fille, les proches de la défunte avaient précisé à l’époque que Ketaka Razafimisa aurait travaillé encore tard dans la nuit. «Ketaka et son fiancé auraient fait chambre à part. Le matin, en la voyant pendue au bout d’un foulard, son fiancé l’aurait détachée avant d’essayer de la ranimer mais en vain», ont-ils expliqué.

    Hier, lors de ses réquisitions, le représentant du ministère public a réclamé l’application de la loi. De son côté, après s’être retirée pour délibérer, la cour a acquitté le prévenu.

    Mparany

    Les commentaires sont fermées.