Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
    Préc Suiv

    Coopération : les partenaires évaluent les avancées

    Coopération  : les partenaires évaluent les avancées

    Alors que la mission d’évaluation du FMI vient juste de s’achever, c’est au tour de l’Union européenne d’évaluer les avancées de la Grande île dans des secteurs-clés de la gouvernance. Ceci dans le cadre d’un dialogue politique.

    L’Accord de Cotonou prend tout son sens avec la rencontre entre Madagascar et l’Union européenne, prévue demain jeudi. La situation politique actuelle, les droits de l’homme, la sécurité, la décentralisation, les services sociaux de base, la situation économique, la lutte contre la corruption, le climat des affaires ou encore la politique étrangère, tels seront, entre autres les quelques points qui seront mis sur la table durant le prochain dialogue politique entre Madagascar et l’Union européenne, qui se déroulera se déroulera, contrairement à l’accoutumée, à Taolagnaro, dans le Sud du pays.

    Une manière, selon une  source proche du dossier, de mettre l’accent sur la décentralisation. «Il est vrai que nous avons l’habitude de nous rencontrer dans la capitale mais cette fois-ci, ce sera différent», assure une source proche du dossier qui mise sur la proximité. Un point sur lequel la partie malgache et les partenaires internationaux s’accordent, à l’instar de la décentralisation, à mettre en œuvre de façon effective. L’agenda du Chef de l’Etat et de la délégation de l’Union européenne note par ailleurs que des infrastructures seront inaugurées et d’autres projets en cours officialisés sur place. Une lourde délégation diplomatique malgache sera en tout cas présente à ce rendez-vous hautement stratégique. Il semble en effet que, outre le Chef de l’Etat, une dizaine de membre du gouvernement y seront.

    Légère embellie

    Participeront à ce dialogue politique, le ministre d’Etat chargé des Projets présidentiels, de l’aménagement du territoire et de l’équipement, la ministre des Affaires étrangères, la ministre de la Justice, la ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique, le ministre des Finances et du budget, le ministre de l’Economie et de la planification, le ministre de la Sécurité publique, le ministre de l’Industrie et du développement du secteur privé, le ministre de l’Education nationale, ainsi que le secrétaire d’Etat chargé de la gendarmerie nationale. De l’autre côté, les ambassadeurs de France, d’Allemagne, du Royaume-Uni, des Pays-Bas, de Belgique, de Pologne seront, sauf changement de dernière minute, également de la partie.

    Les deux parties pourront, par ailleurs, scruter à la loupe les chemins empruntés par le régime depuis le dernier dialogue politique au cours duquel le chef de délégation de l’Union européenne a affiché, à demi-mots, ses craintes. Et pour cause, les réformes tant attendues au niveau de la gouvernance continuent à traîner. Les tenants du pouvoir pourront en tout cas surfer sur la vague d’une légère embellie constatée par certains observateurs au niveau  des recettes fiscales et douanières. Pour ce qui est de la réforme de la Justice, du renforcement du dialogue avec le secteur privé, ou encore de la lutte contre la corruption et le trafic illicite, un long chemin reste à faire. Ce dialogue sera d’autant plus important que le prochain appui budgétaire de l’Union européenne, ou encore les négociations avec le Fonds monétaire international (FMI) seront sûrement mis sur la table.

    Jao Patricius

    Les commentaires sont fermées.