Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
    Préc Suiv

    Dégradation de la filière

    La filière cacao se dégrade petit à petit. Déjà que les conditions climatiques de ces dernières années ne sont pas favorables à la culture de ce produit-phare de l’exportation malgache, mais d’autres maux minent également sa production.

    La culture de cacao dans le pays traverse actuellement le cycle bas, une autre raison qui explique la baisse de la production. Les fortes pluies et inondations de ces deux dernières années ont compromis les campagnes. Mais il n’y pas que la production qui soit en baisse, la qualité du produit lui-même commence également à se dégrader. La cueillette précoce des cabosses et des fèves de cacao entraine une forte baisse de la qualité du produit. A part cela, les fèves de cacao sont souvent mal séchées, alors que le cacaoyer produit des fèves tout au long de l’année. On peut distinguer deux saisons favorables : entre juillet et août, et entre octobre et décembre. C’est durant cette dernière saison que la production atteint un pic. Et la fréquence des vols est un autre facteur de dégradation, poussant parfois les producteurs à cueillir prématurément les cabosses.

    Ce sont là un certain nombre de faiblesses qui font l’objet d’une réflexion de la part des différents acteurs qui travaillent depuis plusieurs années à la mise en place d’un cadre réglementaire comprenant notamment l’instauration de cartes de producteurs et de collecteurs (prélèvements/ristournes), la mise en place de marchés physiques, la mise en place d’un contrôle qualité des fèves… De la mise en œuvre de ces mesures dépend la pérennité de la réputation d’excellence du cacao de Madagascar.

    Arh.

    Les commentaires sont fermées.