Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
    Préc Suiv

    Madagasikara Airways : engagée dans le développement

    Madagasikara Airways : engagée dans le développement

    Le secteur privé ne pourrait être laissé de côté dans le développement du pays. «L’Etat manifeste sa volonté de vouloir appuyer les opérateurs dans ce sens», a déclaré le président Hery Rajaonarimampianina, lors de sa visite des locaux de Madagasikara Airways à Ivato, hier. «Une société malgache, créée et gérée par de jeunes Malgaches fait la fierté du pays et des jeunes eux-mêmes (…). Vous avez pris le risque de relever le défi de développement, je vous encourage», a poursuivi le président.

    Depuis deux semaines, un deuxième appareil est venu renforcer la flotte de la compagnie qui se concentre jusque-là sur le réseau intérieur. Cela ne l’empêche toutefois pas de viser le marché extérieur ou du moins régional. Manankasina Raobelina, directeur général de Madagasikara Airways a résumé en quelques chiffres la performance de la compagnie depuis sa création.

    «Avec une soixantaine de vols par mois, plus 5.000 passagers ont eu recours aux services de Madagasikara Airways depuis cinq mois. 56% d’entre eux sont tous des étrangers. Et la compagnie ambitionne de doubler ces chiffres durant la haute saison touristique», a-t-il annoncé. Tout ceci dans l’optique de promouvoir le développement économique, et du tourisme en particulier.

    Il a par ailleurs formulé le souhait de pouvoir bénéficier de quelques avantages pour appuyer l’initiative prise par la compagnie. A titre d’exemple, le prix du jet-fuel qui n’a jusque-là fait l’objet d’aucune révision de prix. Ou encore l’installation de poste de ravitaillement dans l’ensemble des aérodromes desservis par la compagnie. Mais surtout le fait de laisser à l’Adema la gestion des aéroports malgaches. Dans ce sens le chef de l’Etat a promis de prendre en compte ses demandes.

    Arh.

    Les commentaires sont fermées.