Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
    Préc Suiv

    Ecole nationale de la gendarmerie : forte suspicion de corruption

    Ecole nationale de la gendarmerie  : forte suspicion de corruption

    Des voix s’élèvent actuellement pour dénoncer certaines irrégularités sur le tout récent recrutement d’élèves-gendarmes.

    Subodorant une forte suspicion de corruption impliquant des hauts responsables au sein des bérets noirs, les concernés n’ont pas hésité à crever l’abcès. Ils dénoncent particulièrement le remplacement anormal et post épreuve de certains élèves en cours de formation, alors qu’ils ont déjà passé les épreuves.

    Bien sécurisé, le dernier concours de recrutement d’élèves-gendarmes, organisé conjointement par la gendarmerie nationale, le Bureau indépendant anticorruption (Bianco) et le ministère de la Fonction publique, s’est bien terminé. 1200 candidats ont été recrutés, conformément à l’arrêté fixant le nombre de postes disponibles.

    Problème de sureffectif

    Selon des indiscrétions, le problème consiste dans le fait que certains candidats ont été remplacés en cours de formation. D’autres auraient pris leur place, moyennant une forte somme d’argent. Ces malheureux candidats ont également dénoncé le non-respect des textes en vigueur sur la liste d’attente. Ces cas d’irrégularités auraient provoqué un dépassement du nombre des élèves effectivement scolarisés (problème de sureffectif).

    Du côté du Bianco, interrogé sur cette affaire, un responsable a indiqué que cet organe de lutte contre la corruption mène déjà les investigations y afférentes.

    N’étant pas en mesure de confirmer ni d’infirmer ces allégations, un officier supérieur de la gendarmerie a indiqué laconiquement que, depuis toujours, le commandement de la gendarmerie a mené une lutte accrue contre la corruption et si les implications de certains gendarmes sont établies, des mesures seront prises.

    J.R

    Les commentaires sont fermées.