Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
    Préc Suiv

    Développement Urbain : la Bad octroie 1 300 000 euros

    Développement Urbain  : la Bad octroie 1 300 000 euros

    La Bad apporte son soutien à Madagascar pour régler définitivement les problèmes auxquels font face périodiquement huit centres urbains de la Grande île.

    La Banque africaine de développement (Bad) vient d’accorder un don de 1 300 000 euros à l’Etat malgache pour le financement d’une étude pour la réalisation des Schémas directeurs d’assainissement urbain (SDAUM) dans huit centre urbains de l’île. La signature du protocole d’accord a été effectuée hier dans les locaux du ministère des Finances et du budget, entre Gervais Rakotoarimanana, ministre des Finances et du budget et Abdelkrim Bendjebour, représentant-résident de la Bad à Madagascar.

    La Bad apporte son soutien à Madagascar pour régler définitivement les problèmes auxquels font face périodiquement les centres urbains, notamment les inondations et la gestion de déchets. Cinq chefs-lieux de province, en l’occurrence Toliara, Fianarantsoa, Mahajanga, Toamasina et Antsiranana ; et trois villes secondaires, à savoir Antsirabe, Taolagnaro et Nosy Be seront les cibles de ce projet. Ces huit villes sont en effet des pôles de développement économique de Madagascar avec une population globale de 1,6 million d’habitants.

    «Suite à un constat fait à Madagascar dans les grandes villes vivant annuellement, et d’une manière cyclique les inondations et l’entassement des ordures, la Bad a décidé de financer cette étude pour la mise en place de ce schéma directeur urbain. Madagascar a besoin d’une démarche scientifique pour régler définitivement ces problèmes. Le schéma directeur sera la base de toutes interventions dans ces domaines cités plus haut. Cette pratique devrait être généralisée dans tous les secteurs pour permettre au gouvernement de gagner du temps et de l’argent», a fait savoir Abdelkrim Bendjebour, lors de sa prise de parole.

    Le financement de la Bad est structuré en deux composantes. La première portera sur les études préliminaires et détaillées sur le projet et sa structuration. La seconde consistera en la mise en place des organes de gestion d’exécution du projet et sa supervision.

    Une requête du ministère de l’Eau

    Concrètement, le projet est financé par le fonds spécial de la Facilité africaine de l’eau (FAE) dont la Bad est l’administrateur. En effet, le ministère de l’Eau, de l’assainissement et de l’hygiène a soumis à la FAE en août 2013, une requête pour l’élaboration desdits schémas directeurs pour les villes secondaires, et la Bad a répondu favorablement à cet appel, trois ans plus tard.

    Johanita Ndahimananjara, ministre de l’Eau, de l’assainissement et de l’hygiène a par ailleurs précisé que la ville d’Antananarivo n’a pas bénéficié de cet appui vu que plusieurs projets d’assainissement et d’urbanisation dans la capitale sont actuellement financés par les autres partenaires de l’île. A l’exemple du projet de gestion intégrée des eaux usées financé par la Banque mondiale, ou encore le projet d’aménagement urbain financé par l’Agence française de développement (AFD).

    Riana R.

    Les commentaires sont fermées.