Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
    Préc Suiv

    Code minier : les versions de tous les dangers

    Code minier : les versions de tous les dangers

    Les versions se suivent et ne se ressemblent pas. Ou plutôt si, puisque les versions de draft du nouveau code minier se sont multipliées ces derniers temps – on parle de deux versions en une quinzaine de jours – avec, malheureusement, comme point commun le renforcement de l’incertitude tant redoutée au niveau des investisseurs.

    En effet, alors que ce texte est indubitablement d’une importance capitale pour le secteur minier qui porte l’économie du pays à bout de bras, la multiplicité des versions qui surviennent à chaque fois témoigne d’une certaine indécision, voire d’une instabilité dans le processus d’élaboration du texte.

    De plus, les dispositions qui s’ajoutent chaque fois dans les nouvelles moutures n’ont franchement rien de rassurant pour les investisseurs puisqu’elles semblent tendre uniquement à satisfaire certaines aspirations populistes que l’on veut absolument transformer en loi, au détriment des opérateurs et du climat des investissements.

    Il est évident que ce processus de révision du code minier suscite d’ores et déjà le scepticisme des opérateurs désireux de s’implanter à Madagascar, ou ceux qui sont déjà présents dans le pays. Avec cet environnement des affaires qui laisse à désirer, prévalant au pays actuellement, l’incertitude grandissante autour de l’adoption de ce projet de loi sème encore plus le doute chez les investisseurs. D’autant, surtout, que les dispositions contraignantes que l’on intègre chaque fois dans le projet de texte pourrait envoyer un signal négatif vis-à-vis des opérateurs dans la mesure où celui-ci instaure d’emblée un climat de méfiance. Ce qui va à l’encontre de la relance économique du pays, tant prônée ces dernières années.

    Haja R.

    Les commentaires sont fermées.