Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
    Préc Suiv

    Virus Zika : mise en œuvre du plan de contingence

    Virus Zika  : mise en œuvre du plan de contingence

    Le comité de pilotage de lutte contre les pandémies et les épidémies majeures (Colpem) se mobilise pour la mise en œuvre du Plan de contingence national de gestion des urgences.

    Le plan est initié par la direction de la Veille sanitaire et de la surveillance épidémiologique (DVSSE) depuis le 1er mars et dirigé par le directeur général de la Santé. L’objectif est d’ impliquer les autres institutions, dont l’Institut Pasteur de Madagascar (IPM), le Centre d’infectiologie Charles Mérieux (CICM), la Croix-Rouge malgache (CRM), l’Unicef, l’Usaid et l’OMS dans la préparation de la lutte contre l’épidémie de la maladie virale Zika. Il s’agit également de mettre en place des sous-comités de surveillance, de mobilisation sociale et de laboratoire.

    Outre la surveillance des voyageurs aux frontières, dix sites sentinelles biologiques et un système de surveillance des cas sont mis en place à l’Ostie Behoririka, au CSMI Tsaralalana, aux centres de santé de base sentinelles de Toamasina-I, Mahajanga-I, Nosy Be, Antsiranana, Toliara, Antsirabe, Mananjary, et Farafangana. Viennent ensuite la mise en place de plateaux techniques dans ces centres pour la confirmation des cas, et la préparation à la surveillance active des microcéphalies dans tous les centres d’accouchement.

    A ce jour, aucun cas suspect n’ a été notifié à Madagascar. Mais selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), Madagascar est classé parmi les pays à haut risque étant donné que les moustiques «aedes aegypti», principaux vecteurs potentiellement impliqués sont présents dans le pays. A ce problème s’ajoutent la vulnérabilité de la population face à la faible vulgarisation des formations sanitaires et la capacité de réponse dont les stratégies de lutte sont en cours de mise en place. Toutefois, le ministère de la Santé ne cesse d’exhorter tout un chacun à renforcer les stratégies de lutte contre les piqures de moustiques et leur renforcement par l’assainissement de l’environnement. Et le ministère de rappeler que toute personne présentant une éruption cutanée, accompagnée de fièvre, de douleurs musculaires et/ou articulaires, et de conjonctivite est suspectée d’attraper la maladie virale Zika.

    Noro Niaina

    Les commentaires sont fermées.