Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
    Préc Suiv

    Succession des acteurs politiques à Ambohijatovo

    Mis à part les incidents avec le sénateur Lylison René de Roland, la commémoration du 29 mars s’est déroulée dans le calme en général. Une messe officielle s’est tenue à la cathédrale Analakely à laquelle tous les acteurs étaient conviés. 69 ans après les faits, la lutte semble avoir été oubliée et la cérémonie n’est plus ce qu’elle était auparavant. La plupart n’ont pas répondu à l’appel puisque la cathédrale était à moitié remplie ou vide, c’est selon. Le pasteur Hasina Razafindrakoto a pourtant lancé un message fort. «Certains cherchent à tout faire pour que nous fassions marche arrière mais rappelons-nous que nous sommes tous responsables. Il est nécessaire que nous travaillions ensemble pour aider le pays à se relever», a-t-il prêché.

    Après la messe, les membres du gouvernement, dirigés par le Premier ministre Jean Ravelonarivo, le maire de la ville Lalao Ravalomanana, accompagnée de son mari, Marc Ravalomanana, et quelques autorités ont effectué une marche vers la stèle d’Ambohijtovo. La cérémonie a ainsi duré une dizaine de minutes avant que la délégation ne reparte pour la place du Mausolée. Après la cérémonie officielle, quelques partis politiques étaient arrivés un à un sur les lieux pour s’acquitter de leur devoir. Etaient ainsi aperçus sur place quelques membres de l’AKFM, une délégation du Parti libéral démocrate (PLD) de Saraha Rabeharisoa, faute de manifestation sur la place de la démocratie, ou encore ceux du parti RPMR représenté par le Dr Jules Andriamaholison, Joseph Yoland et Harinaivo Rasamoelina. Après quoi, le général Dolin Rasoloson était sur place mais cette fois au nom d’une association sportive. Ce dernier a d’ailleurs lancé un message de fair-play à tous les acteurs de la vie politique malgache. L’ancien membre du Conseil supérieur de la Transition, Alain Ramarosaona et sa délégation, également sur les lieux étaient munis d’une banderole où était inscrit «L’intérêt du peuple d’abord, la fracophonie après».

    Quoi qu’il en soit, chacun a suivi les recommandations des forces de l’ordre, du moins à Ambohijatovo et la journée s’est déroulée sans incident. Les curieux étaient évidemment au rendez-vous et se sont placés sur le côté afin de mieux suivre le déroulement de la cérémonie, tandis que dans certains rangs les discussions étaient axées non seulement sur la commémoration mais aussi sur les îles Eparses.

    Tahina Navalona

    Les commentaires sont fermées.