Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
    Préc Suiv

    Vie d’entreprise : la main-d’œuvre à revaloriser

    Vie d’entreprise  : la main-d’œuvre à revaloriser

    La Chambre de commerce et d’industrie France-Madagascar (CCIFM) collabore avec les instituts d’enseignement supérieur et les organisations de formation pour la relance de l’action «Formation aux entreprises». Son plan d’action dans le cadre de cette action a été présenté, hier dans les locaux de la CCIFM à Ankorondrano.

    «Madagascar dispose d’un important potentiel en matière de main-d’œuvre, malheureusement les entreprises font toujours face à de nombreuses difficultés pour subvenir à leurs besoins. Les effets de la crise pèsentencore lourd dans le pays et le contexte difficile sur la scène internationale n’arrange pas les choses », a déclaré Jean-Michel Frachet, membre du bureau de la CCIFM.

    Après un repli des entreprises implantées à Madagascar au cours de la crise de 2009, on constate ces deux dernières années une légère reprise dans ce domaine. Toutefois, force est de constater que le manque de qualification de la main-d’œuvre malgache reste un handicap majeur.

    Sensibilisées au mois de février dernier, 60% des entreprises membres de la CCIFM ont répondu favorablement à cette formation. La relance de l’action de formation de la CCIFM s’articule autour de quatre axes, dont la poursuite du programme Cesa/HEC constituant une offre exclusive à Madagascar, et sanctionné par un Certificat d’enseignement supérieur des affaires (Cesa) délivré par l’école des Hautes études commerciales (HEC) de Paris, dont la seconde formation démarrera prochainement.

    Partenariat avec plusieurs institutions

    Par ailleurs, la CCIFM développe également des partenariats avec plusieurs instituts d’enseignement supérieur, tels que l’Institut national des sciences comptables et de l’administration d’entreprise (Inscae), l’Institut supérieur de la communication, des affaires et du management (Iscam), le Centre d’information technique et économique (Cite) ou encore l’Alliance française d’Antananarivo (AFT) pour des formations accélérées en réponse aux besoins des entreprises dans le domaine de la gestion comptable et financière, et particulièrement dans le secteur du commerce. Une convention d’ accord de partenariat a d’ ailleurs été signée entre les cinq entités, hier.

    Le troisième axe de l’action de formation de la CCIFM porte sur un catalogue de formations « certifiantes » d’un à deux jours, en réponse aux besoins ponctuels des entreprises. Enfin, la fédération compte également redynamiser son club affaires et ouvrir les rencontres à quelques étudiants pour les initier d’ores et déjà au monde des affaires.

    « Les ressources humaines sont la première valeur ajoutée des entreprises. La formation professionnelle est ainsi un investissement incontournable si on veut développer les Petites et moyennes entreprises (PME) dans le pays », a conclu Vero Razafindrabe, directrice du Cite lors de sa prise de parole.

    Riana R.

    Les commentaires sont fermées.