Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
    Préc Suiv

    Ambohipo : les transporteurs en grève

    Ambohipo  : les transporteurs en grève

    Une perturbation de la circulation a été enregistrée hier à Andohanimandroseza et à Ambohipo. Pour cause, les transporteurs de taxi-be ont haussé le ton quant à l’état de la route. Très vite, leur réclamation a trouvé réponse auprès du ministère des Travaux publics.

    Les conducteurs de taxi-be issus, entre autres de la coopérative Fimpa, desservant l’axe Ambohipo, sont descendus dans la rue dans la matinée d’hier pour manifester leur mécontentement à cause de l’état très délabré de la route, entraînant l’usure rapide de leurs véhicules. Pour cette raison, ces transporteurs ont décidé de bloquer la circulation entre Andohanimandroseza et Ambohipo.

    Cela fait des années que ce tronçon de route n’était plus entretenu. D’après les riverains qui ont grossi les rangs des grévistes, l’Etat a promis d’achever la réparation de cette route avant les fêtes de Pâques. Mais aucune réhabilitation n’a été effectuée.

    Peu de temps après le début de la manifestation, les forces de l’ordre sont arrivées sur les lieux pour calmer les gens. Mais les transporteurs, ainsi que les habitants de la localité se sont montrés intransigeants. Un représentant du ministère des Travaux publics avec quelques autorités est par la suite venu sur place pour tenter de débloquer la situation. Les négociations ont finalement été engagées.

    Lors des pourparlers, les transporteurs ont exigé la réhabilitation immédiate de la chaussée sinon ils bloqueront totalement la circulation. Face à cette intransigeance des manifestants, les autorités présentes ont pris la décision de procéder au terrassement dans deux jours.

    A cause des canaux d’évacuation bouchés, les eaux de pluies et de ruissellement s’accumulent au milieu de la route et la creuse petit à petit. Pour pouvoir restaurer cette voie, l’Etat devra procéder à la démolition de certaines infrastructures illicites, d’après ce représentant du ministère des Travaux publics. Et selon ses explications, un budget a déjà été établi par l’Etat pour les routes qui sont priorisées mais à cause de cette revendication des transporteurs une partie de celui-ci sera affectée à la reconstruction de la route d’Ambohipo.

    Mamisoa Antonia

    Les commentaires sont fermées.