Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
    Préc Suiv

    Crever l’abcès

    Crever l’abcès

    La stabilité semble acquise. Quant à la responsabilité, apparemment quelques-uns n’assument pas la leur. C’est le président de la République en personne qui l’a déclaré à cor et à cri, récemment. Le message est clair : gare à ceux qui se sentent montrés du doigt et faites bien attention aux autres qui se croient intouchables. Cela en dit long surtout au moment où cette histoire de remaniement fait de nouveau la Une des médias. Une chose est sûre, un malaise profond s’installe au sein de l’Exécutif. La tension est palpable et l’atmosphère politique tendue.

    Loin de n’être qu’une éventualité, le remaniement est en gestation, d’ailleurs le chef de l’Etat l’a déjà martelé à maintes reprises que cela arrivera au moment opportun. Hery Rajaonarimampianina l’a même confirmé avec un ton plus menaçant après avoir critiqué ouvertement le ministre des Travaux publics, suite à la manifestation publique à Ambohipo. Le changement aura lieu au moment inattendu, à l’insu des concernés, a-t-il prévenu.

    S’achemine-t-on vers un changement brutal de gouvernement ? Seul le président de la République le sait car du côté de Mahazoarivo, outre les blâmés, chacun essaie tant bien que mal de faire bonne impression aux yeux du chef de l’Etat. La cohésion gouvernementale n’est plus qu’une façade, chacun à travers ses apparitions publiques prend position. Il ne s’agit plus de défendre les intérêts personnels mais par-dessus tout leur fauteuil au détriment même de leur parti. Du coup, prononcer le nom du président sans oublier de mentionner ses consignes lors d’une cérémonie officielle est devenu une règle, signe qu’ils assument pleinement leur responsabilité.

    Ainsi, seuls les ministres qui ont su prendre leur responsabilité, auront la cote à Ambohitsorohitra. Roland Ratsiraka est-il le seul dans le collimateur car à entendre la grogne de la population en matière de sécurité, les soucis des opérateurs et des investisseurs à propos des différentes reformes entamées à tous les niveaux, les revendications en attente des syndicats… beaucoup d’autres ministres méritent également d’être pointés du doigt et pourquoi pas d’être mis sur la liste noire.

    J.R.

    Les commentaires sont fermées.