Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
    Préc Suiv

    Premiers ministrables : Didier Paza, Jean-de-Dieu Maharante… sur la liste

    Premiers ministrables : Didier Paza,  Jean-de-Dieu Maharante… sur la liste

    Le chef de l’Etat a voulu bien faire les choses avant de nommer le premier ministre Olivier Mahafaly Solonandrasana, troisième chef du gouvernement depuis les élections pour la sortie de crise en 2013. Depuis la matinée d’hier, les informations ont déjà circulé comme quoi le nom du premier ministre sera dévoilé incessamment. Mais ce ne fut pas le cas puisqu’il ne s’agissait en fait que de la présentation de la liste des premiers ministrables, proposée par les députés. Comme pour dire que le premier ministre est réellement issu de la proposition des parlementaires. Et cela, en respect de l’article 54 qui stipule qu’il appartient au groupement de parti politique majoritaire de proposer le nom du premier ministre. Près d’une quinzaine de députés étaient ainsi arrivés à Iavoloha pour présenter la fameuse liste composée de treize noms de premier ministrable. Parmi les noms figurent le général Didier Paza, le ministre Jean-de-Dieu Maharante, le sénateur Houssein Abdallah ou encore le député Freddy Mahazoasy.

    Le chef de l’Etat, Hery Rajaonarimampianina, a ainsi indiqué qu’il prend ses responsabilités et ce dans l’intérêt du pays. Cependant, les évènements de vendredi dernier ne lui ont pas laissé indifférent. Il n’a d’ailleurs pas omis d’afficher sa déception face à ce qui s’est passé, notamment les déclarations du premier ministre selon lesquelles il n’aurait pas démissionné. « Un président ne failli jamais à ses responsabilités », a-t-il déclaré fermement.

    De son côté, le numéro un de Tsimbazaza, Jean-Max Rakotomamonjy, a fait savoir qu’une centaine de députés auraient signé cette liste. « A travers ce nouveau départ, nous pensons qu’une nouvelle crise ne devrait plus se produire comme le craint certains. Le chef de l’Etat est responsable et reste le garant du respect de la loi », a-t-il indiqué hier à Iavoloha après la rencontre des députés avec le chef de l’Etat.

    Tahina Navalona

    Les commentaires sont fermées.