Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
    Préc Suiv

    Mananjary : le marché dévasté par un incendie

    Mananjary  : le marché dévasté par un incendie

    Consternation à Mananjary. Un violent incendie s’est produit hier au marché de Bazar Be d’Ankadindrano. Une centaine de commerces ont été ravagés par le feu.

    Le bilan est particulièrement lourd avec un préjudice se chiffrant à des centaines de millions d’ariary. En effet, d’après le bilan provisoire de la gendarmerie, une centaine de commerces et des maisons d’habitation ont été réduits en cendres dans l’incendie. Le sinistre a également fait près de 300 sans-abri et des blessés. Face à l’ampleur du drame qui a débuté peu avant midi, certaines victimes ont perdu connaissance.

    Selon les premiers éléments d’enquête, le feu s’est déclaré dans une maison fermée. Par contre, d’autres sources ont affirmé qu’il provenait d’une salle de projection de film. Quoi qu’il en soit, son origine reste indéterminée pour le moment. Attisées par le vent, les flammes se sont répandues vers les maisons et commerces attenants, dont des magasins de gros.

    «Avec les moyens du bord, nous avons essayé de circonscrire les dégâts, en vain. Des rideaux de flammes et la chaleur étouffante nous empêchaient d’approcher», a expliqué un témoin.

    L’énorme brasier a détruit la partie sud du marché avant de se propager vers la partie nord. Des éléments de la gendarmerie, de la police et de l’administration pénitentiaire ont prêté main-forte aux villageois en vue de venir à bout de l’incendie. Ils ont dû emprunter trois motopompes car les sapeurs-pompiers sont arrivés tardivement sur les lieux du drame.

    «Nous avons reçu l’alerte à temps mais faute de carburant, nous n’avons pas pu intervenir. Le problème c’est que la station-service a refusé d’accepter notre chèque carburant», a expliqué un soldat du feu.

    Le feu n’a été totalement maîtrisé qu’après cinq heures de lutte acharnée.

    Mparany

    Les commentaires sont fermées.