Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
    Préc Suiv

    Air Madagascar : nouvelle menace de grève

    Les quatre employés et non moins délégués du personnel de la compagnie aérienne nationale Air Madagascar, suspendus de leurs fonctions depuis la grève de 2015 haussent le ton pour revendiquer leur réintégration et jouir de tous leurs droits et avantages légaux. « Rien n’a été respecté dans la clause de fin de conflit signée par le conseil d’administration et les représentants des employés. Ces derniers on demandé une audience auprès du conseil d’administration de la compagnie, le 18 février, mais n’ont pas été reçus. Il s’agissait déjà d’une sommation à l’endroit des dirigeants de la compagnie. Les employés sont prêts à entrer en grève sans passer par l’Inspection du travail », a prévenu Rado Rabarilala.

    Après avoir fait un sit-in devant le siège de la direction d’exploitation d’Air Madagascar à l’aéroport d’Ivato, le 18 avril dernier, les employés syndicalistes n’ont suscité aucune réaction de la direction générale de la compagnie. Ils ont alors réitéré la même manifestation devant le siège de la direction du personnel à Analakely le 21 avril dernier, puis devant celui de la direction générale, toujours à Analakely, hier.

    « Nous réclamons que les règlements relatifs à notre réintégration soient appliqués. Mais jusqu’ici, nous n’avons reçu aucun écho venant de la direction générale », a précisé Rado Rabarilala, président du syndicat du personnel de la compagnie. Ce dernier a également précisé qu’aucun engagement n’a été fait par le conseil d’administration de la compagnie après la grève des employés en juin 2015, une nouvelle manifestation des employés n’est de ce fait pas à écarter.

    Les représentants des syndicats de la Jirama, des journalistes, ou encore des artistes sont venus appuyer la manifestation des quatre employés d’Air Madagascar, hier à Analakely.

    Riana R.

    Les commentaires sont fermées.