Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
    Préc Suiv

    Kraoma : mettre en valeur le « label malgache »

    Kraoma  : mettre en valeur le « label malgache »

    La société Kraomita Malagasy (Kraoma SA) a comme principales activités l’extraction, le traitement et l’exportation de minerai de chrome. Le site d’exploitation actuel de la Kraoma se trouve à Brieville Andriamena, dans le Betsiboka. Auparavant, la société n’a exploité que deux mines, celle de Bemanevika et une petite mine à Androfiha. Actuellement, cette société d’Etat exploite quatre mines en même temps.

    L’année dernière, Kraoma s’est fixé comme objectif de produire 250 mille tonnes de poudre et bloc de chrome. Ce volume de production n’a pas encore été atteint dans la mesure où la société n’a pu extraire que 225 mille tonnes dont 180 mille ont été exportées et le reste mis en stocks. Le plus gros de la marchandise est envoyé en Chine et en Inde.

    Comme l’a expliqué Arsène Rakotoarisoa, président du Conseil d’administration de la Kraoma, le cours du chrome, à l’instar des autres matières premières, a enregistré des diminutions notables sur le marché international. Depuis le mois de juin, le cours du chrome tourne autour de 9.200 euros la tonne. «Auparavant, la qualité des chromites de Madagascar était assez faible. Pour pouvoir tenir la concurrence sur le marché mondial, nous nous efforçons actuellement de mettre en valeur le ‘label malgache’», a-t-il assuré.

    Lors d’une descente dans les gisements de la Kraoma le week-end dernier, Ying Vah Zafilahy, ministre auprès de la Présidence chargé des Mines et du pétrole (MPMP) a déclaré que, «Nombre d’investisseurs ont promis de collaborer avec la Kraoma puisque la société cherche à augmenter davantage sa production. Et à long terme, la société et le ministère de tutelle ambitionnent de faire de la Kraoma, une société nationale».

    Dynamiser la collecte d’or

    Comme activité secondaire, la Kraoma procède actuellement à la diversification de ses activités en essayant de dynamiser la collecte d’or. En effet, elle réalise des opérations de sensibilisation à l’endroit des petits orpailleurs à Maevatanana, Betsiky, Ambilobe et Andriamena. Auparavant, la société avait déjà collecté de l’or mais a dû revoir sa stratégie dans la mesure où le prix d’achat de l’or proposé par la Kraoma était très bas et non concurrentiel. A l’heure actuelle, la société fait face aux collecteurs illégaux, ce qui fait redresser peu à peu le cours du métal jaune.

    La Kraoma dispose de plusieurs mines d’or, qui n’ont pas encore été exploitées. Ces mines sont encore dans la phase dite de recherche. Mais les exploitations illicites dans ces gisements ont obligé la société à occuper les terrains et d’extraire l’or par elle-même, de façon très artisanale. Aujourd’hui, la société compte relancer cette activité secondaire de façon autonome ou en joint-venture.

    En dehors de ces activités, la Kraoma réalise des œuvres sociales conformément au cahier des charges environnemental qu’elle a souscrit notamment à Betsiboka, à Diana et dans la région  Sofia. Ces actions se concentrent dans la construction et extension d’écoles – comme la semaine dernière où la Kraoma, avec le MPMP, a réceptionné les travaux d’extension d’une école (EPP). Elle investit également dans la fourniture d’eau et d’électricité, en particulier pour la commune de Brieville. Par ailleurs, la Kraoma construit des routes praticables et, depuis l’année 2015, la société s’est impliquée davantage dans l’ouverture de routes de désenclavement autour de Tsaratanàna.

    Arh.

    Les commentaires sont fermées.