Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
    Préc Suiv

    Traitement de la fistule : l’HJRA au chevet des femmes vulnérables

    Les femmes qui vivent loin des centres de santé sont les plus touchées par la fistule vaginale. D’autres ne bénéficient pas du traitement adéquat faute de moyens financiers. Mais comme chaque année, l’hôpital Joseph Ravoahangy Andrianavalona (HJRA) et celui de Mahitsy offrent des soins et aux femmes atteintes de la fistule ou celles qui n’en ont pas été totalement guéries depuis hier jusqu’au 11 août. A ce sujet, le Fonds des Nations unies pour la population (UNFPA) prend en  charge les nourritures et les médicaments des patientes tandis que l’HJRA s’occupe des analyses et de l’hébergement.

    Quelques femmes ont déjà été sur place pour subir une opération. La plupart d’entre elles viennent des endroits les plus éloignés de la capitale ou des zones côtières du pays. Quelques-unes ont déjà effectué au moins 4 opérations mais ne sont pas guéries complètement. De ce fait, l’intervention chirurgicale est à refaire.

    A titre d’information, la fistule est également due à la grossesse précoce. Le corps de certaines jeunes filles n’est pas encore prêt à porter la vie. 5,3% sur 1000 mères accouchant par voie normale sont atteintes de la fistule. Selon les statistiques de l’Organisation mondiale de la santé, 50 000 femmes de 16 à 45 ans sont touchées par cette maladie à Madagascar.

    D’après le professeur Yoël Harinirina Rantomalala, chef de service en urinologie au sein de la HJRA, « il est vraiment difficile d’entamer encore une nouvelle opération car les muscles de la partie du corps concernée ne sont plus souples. La plupart de ces femmes ont accouché à la maison à l’aide d’une matrone.  Dans ce cas, l’accouchement se fait par voie normale. A cause du manque de professionnalisme de ces matrones, l’enfant est coincé au-dessus de la  vessie très longtemps. L’incision de la vessie est nécessaire. Dans d’autre cas où l’enfant est forcé de sortir, une déchirure du vagin vers la vessie peut se manifester. »

    Dans le cadre du traitement de la fistule, 70 chirurgiens de l’HJRA et 50 de l’hôpital de Mahitsy bénéficient maintenant d’une campagne de formation. 2 Sénégalais partageront aussi leurs expériences lors des séances au programme.

    Mamisoa Antonia

    Les commentaires sont fermées.