Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
    Préc Suiv

    Travail à l’étranger : un millier de personnes en attente de formation

    Travail à l’étranger : un millier de personnes en attente de formation

    Obligatoire. Le renforcement de capacités des intéressés constitue une des conditions sine qua non de l’envoi des travailleurs à l’étranger, envoi qui vient récemment d’être autorisé par le Gouvernement. Les centres de formations sont incités à produire un curricula de formation adapté aux offres.

    Seuls les qualifiés peuvent signer un contrat de travail. En fait, les travailleurs voulant faire carrière à l’étranger doivent suivre une formation dans des domaines précis relatifs aux secteurs d’activités auxquels ils comptent postuler. Après les séances de renforcement de capacités, ces derniers seront testés pour pouvoir évaluer leur compétence. «Les meilleurs auront la chance d’être envoyés en premier, tandis que ceux qui éprouvent des difficultés doivent refaire les formations. Ce, afin de s’assurer que les travailleurs malgaches ont les capacités nécessaires avant d’occuper un quelconque poste à l’étranger et pour qu’ils y soient bien traités et jouissent de leurs droits».

    C’est ce qu’a indiqué le directeur général de l’Emploi au sein du ministère de l’Emploi, de l’enseignement technique et de  la formation professionnelle (MEETFP), Noelson Rabearivelo, lors de l’atelier de lancement du projet d’Appui à la création d’emplois par la recherche, qui s’est déroulé, hier, à l’hôtel Colbert à Antaninarenina. Sa direction vient de réunir les centres de formations, prêts à collaborer avec le ministère de tutelle. En vue de garantir la qualité des formations prodiguées, les instituts concernés sont encouragés à produire un curricula de formation, dans différents domaines, tels que la cuisine, le ménage, la couture, les langues étrangères (français et anglais) ou encore les cultures et les civilisations des pays d’accueil… Selon notre source, «près d’un millier de personnes sont actuellement en attente de formation».

    La destination interdite

    Les neuf bureaux de placement qui ont rempli les critères ont également été consultés, la semaine dernière. Ces derniers ont pour obligation de travailler de concert avec les centres de formation pour pouvoir adapter les offres de formations avec les emplois disponibles. Sur ce, une convention tripartite, notamment entre les centres de formations, les bureaux de placement et le ministère de tutelle devrait être signée dans les prochains jours.

    Pour l’heure, les bureaux de placement sont autorisés à conclure des partenariats avec des entreprises dans trois pays d’accueil, à savoir Maurice, Hong-Kong et les Seychelles. Jusqu’à nouvel ordre, les pays du Golfe  restent une destination interdite. Les dialogues, en vue d’étudier la possibilité d’envoi de travailleurs malgaches dans ces pays, sont actuellement en cours. Cela n’empêche pas les départs clandestins qui ne cessent de prendre de l’ampleur.

    Fahranarison

    Les commentaires sont fermées.