Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
    Préc Suiv

    Voafetra ny fahafahan’ny mpanao gazety…

    Hoentina amintsika anio indray ny fanazavana ny ampahany amin’ilay « Lalàna Andrianjato », mitondra any amin’ny fanampenam-bava sy ny jadona. Anisan’ny misongadina amin’ity andininy iray ity ny famerana na koa ny tsy fahafahan’ny mpanao gazety mpitrandraka vaovao mahazo ny vaovao, araka ny tokony ho izy.  Tsy mitombina eto ny fahalalahana sy ny fahafahan’ny mpanao gazety mahazo izany.

    Synèse R.

    L’article 7 du projet de loi N°011-2016 portant code de la Communication médiatisée constitue une sérieuse entrave au libre accès à l’information, voir une mise à mort du journalisme d’investigation. A deux reprise en effet, cet article fait référence à des dispositions ou texte « spécifiques » qui  viendraient interdire la divulgation d’informations, même si celle-ci proviennent de source sûre et/ou sont avérées.
    Si, à la manière dont sont libellés les alinéas dont il est question, on pourrait croire que l’interdiction demeure l’exception, il n’en demeure pas moins que cet article ouvre aux pouvoirs publics la latitude d’édicter à tout moment des « dispositions contraires spécifiques » dans des domaines  de son choix. Le fait, par ailleurs, de prévoir un texte spécifique pour l’accès aux documents administratifs constitue une sérieuse limite pour le journaliste d’investigation pour qui les sources d’informations, dans beaucoup de cas, ne sont pas officielles. Dans ces effets, cet article 7 interdit la publication d’informations obtenues de cette manière.
    A noter enfin que l’accès aux données et aux statistiques (de l’administration) a été purement et simplement supprimé de ce passage.

    Art. 7 – (…)

    Le journaliste et tout citoyen ont le droit d’accès à toutes les sources d’informations dont les données et les statistiques. Le journaliste a le droit de s’informer sans entrave sur tous les faits d’intérêt public, sauf dispositions contraires spécifiques régissant le domaine.

    Les conditions, les modalités et les procédures relatives à l’accès aux documents administratifs des organismes publics seront définies par un texte spécifique.

    Les commentaires sont fermées.