Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
    Préc Suiv

    Le vrai du faux

    Le vrai du faux

    Pour le moment, les deux parties protagonistes, frères d’armes dans le temps prétendent chacun être à la fois l’héritier légitime du Leader Fanilo. Chacun veut être leader et fier de l’être, mais devant l’état actuel des choses, c’est vraiment la cacophonie. Il y a Leader Fanilo et Leader Fanilo. Et les deux ne cessent de se renvoyer la balle dans les médias. Tellement, cette histoire de parti prend de l’ampleur que l’opinion publique commence à se perdre dans cette intrigue politique du déjà vu.

    Et comme toute dispute en matière d’héritage, l’affaire finira toujours devant le tribunal. Lequel des deux méritent de porter devant la loi et la nation le nom de Leader Fanilo ? Il appartient au tribunal de trancher et de désigner parmi les prétendants au titre, le vrai du faux héritier. L’équipe de Jean-Max Rakotomamonjy, l’actuel président de l’Assemblée nationale, est reconnue comme étant le vrai « leader ».

    Dans ce sens, l’autre faction devrait se résigner et se plier devant la loi. Normalement, elle n’aura plus le droit de s’identifier officiellement comme Leader Fanilo. Le verdict du tribunal est clair, et d’ailleurs les membres déboutés n’ont pas interjeté appel de cette décision. Malgré tout, il y a encore Leader Fanilo et Leader Fanilo. Récemment, un congrès national a fait même couler beaucoup d’encre et à entendre la suite, notamment en vue de 2018, le Leader Fanilo, dirigé par Antoine Zafera  Rabesa se prépare déjà à la présidentielle.

    L’histoire retiendra que beaucoup de partis politiques sont déjà passés par là. La rupture, la scission, la radiation ou le départ volontaire suite à une divergence de point de vue par rapport au régime en place font en quelque sorte la particularité des partis politiques à Madagascar et généralement dans les pays pauvres. Quand on ne partage plus le même idéal et quand l’un reproche à l’autre de souiller l’image du parti, dont le cas ne s’est jamais présenté du temps du père fondateur, Herizo Razafimahaleo, dans la majeure partie des cas, le parti éclate en plusieurs courants. C’était le cas de l’Arema…Vaovao, de l’AKFM…Renouveau, de Mapar 1 et 2 à l’Assemblée nationale et du Tim qui essaie tant bien que mal de recoller les morceaux, après sa chute en 2009.

    Ainsi, le Leader Fanilo emboîterait-il le pas aux autres partis ? Un scénario logique mais qui, jusqu’à preuve du contraire, reste hypothétique vu que tout le monde veut être Leader Fanilo.

    J.R

    Les commentaires sont fermées.