Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
    Préc Suiv

    Sommet de la francophonie : l’évolution des préparatifs suivie de près

    Sommet de la francophonie : l’évolution des préparatifs suivie de près

    Les préparatifs liés au sommet de la Francophonie ont été centre de la rencontre avec le gouvernement et les principaux responsables hier à Mahazoarivo.

    Le Comité national d’orientation du Sommet de la Francophonie a été l’« invité » hier au conseil du gouvernement qui s’est tenu à Mahazoarivo. L’objectif de la rencontre était de faire le point sur les préparatifs du rendez-vous de novembre, notamment après la réunion des parlementaires francophones. A quatre mois du Sommet, en effet, la course contre la montre semble enclenchée pour les principaux responsables au sein de cette organisation. « Les préparatifs du Sommet de la Francophonie étaient au menu lors d’une réunion entre les membres du gouvernement et les responsables du CNO conduits par Hugues Ratsiferana. Cette rencontre qui a duré deux heures, était l’occasion de faire un point d’étape sur l’avancement de l’organisation à quatre mois de l’événement prévu du 22 au 27 novembre prochain », note à ce titre le communiqué à l’issue du conseil de gouvernement hier.

    D’après une source autorisée, jusqu’ici une trentaine de pays ont confirmé leur présence, soit à travers des accords de principe, soit par écrit. Le nombre de la délégation varie également en fonction des pays, certains groupes peuvent compter  jusqu’à une centaine de personnes et d’autres beaucoup moins.  Par ailleurs, la dernière rencontre des parlementaires francophones, qui constitue une sorte de répétition générale pour les organisateurs, a été scrutée à la loupe en début du conseil de gouvernement. En dépit des petits accrocs, il semble par ailleurs que la réunion a été globalement positive. Il s’agit de la deuxième rencontre de ce genre faite par le CNO et le gouvernement à Mahazoarivo après la première réunion qui s’est tenue en mars dernier.

    Avancées

    Ces derniers temps, en tout cas, outre les déplacements des éclaireurs dans la capitale malgache pour constater de visu les avancées des préparatifs du Sommet, les chancelleries locales suivent aussi de près l’évolution des chantiers. C’est le cas du numéro un du Groupe des ambassadeurs francophones (Gaf), le diplomate suisse Philippe Brandt, qui a rencontré dernièrement le ministre auprès de la Présidence chargé des Projets présidentiels, de l’aménagement du territoire et de l’équipement, Narson Rafidimanana. Ce dernier a tenu à rassurer que, «Toutes les infrastructures seront achevées à temps que ce soit les routes, le Centre de conférences international, les résidences des présidents, le tarmac de l’aéroport d’Ivato et même le village de la francophonie et artisanal. Le partenariat public-privé pour la concrétisation des travaux joue un grand rôle», avait-il alors soutenu à l’issue de la rencontre.  Il faut noter que quelques pays ont déjà confirmé leur présence à Madagascar, notamment la France, l’île Maurice et le Maroc représenté par le roi Mohammed VI en personne qui sera accompagné de quelque 300 personnes.

      Jao Patricius/Tahina Navalona

    Les partenariats privilégiés

    Les étudiants auront également leur part dans la tenue du XVIe Sommet de la francophonie prévue à Madagascar le mois de novembre prochain. D’après le délégué général du comité d’organisation, Mamy Rajaobelina, « Ce sera une occasion pour les étudiants de s’initier aux Relations internationales ». Une signature de convention a été signée hier à Manakambahiny entre le Comité d’organisation et l’université privée Aceem, en partenariat avec l’ambassade de France et l’île Maurice. Les étudiants auront ainsi l’occasion de tester leur connaissance et par conséquent de les expérimenter durant le Sommet de la francophonie. « Ces étudiants pourront se familiariser avec les entités concernées, plus particulièrement avec l’OIF, le comité de pilotage et les structures ministérielles et gouvernementales », a précisé Mamy Rajaobelina. Les étudiants pourront également voir l’aspect technique du Sommet, concernant notamment la logistique, le protocole ou encore la protection des hautes autorités.

    Les commentaires sont fermées.